PARTAGER

Son confinement et la vie sans le football
«C’est vrai que la situation est un peu délicate en France où je me trouve en ce moment, comme on le voit un peu partout dans le monde entier. Ce virus cause beaucoup de soucis, beaucoup de problèmes dans la vie de tous les jours. Sinon je suis à la maison comme on me l’a demandé et c’est le plus important. La vie sans le football, c’est difficile, car c’est quelque chose qu’on aime, et c’est dommage qu’à cause du virus tout s’est arrêté.»

Sous les couleurs de Fenerbahçe
«C’est vrai que j’ai passé de très bons moments à Fenerbahçe. Des moments de joie, d’émotion mais aussi de tristesse. On a gagné le championnat, la coupe, on est allés jusqu’en demi-finale de la Ligue Europa. Des choses que je n’oublierai jamais. Un club qui restera toujours gravé dans mon cœur. Je continue à les suivre, parce que c’est tout pour moi. Bon après, je sais que la situation à Fenerbahçe on est un peu triste. Mais on espère le mieux pour eux parce que c’est un grand club comme Besiktas, comme Galatasaray. Des clubs qu’on aimerait toujours voir en haut du tableau, gagner des titres chaque saison. J’ai un message destiné aux fans de ce club. Merci à vous de me soutenir, aux messages que je reçois tous les jours via les réseaux sociaux. Cela me touche au cœur. Je ne peux pas tous vous répondre, mais je tiens à vous, merci à vous et à toute la Turquie.»

Le but qui l’a le plus marqué
«On a beaucoup Parlé du but contre Manchester United, mais le but contre Galatasaray m’a le plus marqué parce que c’était un contexte un peu particulier, un derby. Face à Galatasaray, ce n’est pas n’importe qui. Un match important, même si on avait fait 2-2. Ce but-là m’avait vraiment fait un pincement au cœur. Ça reste un but magnifique pour moi et je n’arrête pas de le revoir souvent. Et quand je le revois, je me dis : «Mais comment j’ai pu marquer ce beau but. Dieu merci.» !»

Son avenir
«Mon dernier club c’était le Gazişehir Gaziantep (en Turquie). Après avoir résilié mon contrat, j’ai failli rejoindre l’Italie en fin janvier, mais cela ne s’est pas fait au dernier moment. Aujourd’hui je suis dans un projet comme celui que j’avais en Italie. Et pourquoi pas signer une année et profiter du temps.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here