PARTAGER

Cheikh Tidiane Gadio apporte des éclaircissements sur ses démêlés avec la justice américaine. De retour à Dakar, il a livré hier sa part de vérité dans cette affaire de corruption et de blanchiment d’argent présumée.

Cheikh Tidiane Gadio a retrouvé hier son Institut panafricain de stratégies (Ips). Mais c’était pour livrer sa part de vérité dans l’affaire de corruption et blanchiment d’argent présumée entre son cabinet de consulting, une compagnie pétrolière chinoise (Cfc) et le gouvernement du Tchad qui lui a valu des déboires judiciaires avec la justice américaine. En effet, le leader du Mpc/L a vécu dix mois d’assignation à résidence aux Etats-Unis, du 17 novembre au 14 septembre, avant de bénéficier d’un arrêt des poursuites. L’ancien ministre des Affaires étrangères sous Wade a-t-il touché une commission de 400 mille dollars, soit près de 200 millions de F Cfa ? «Il n’y a eu aucune transaction pétrolière au Tchad entre la compagnie chinoise, le gouvernement tchadien et mon cabinet de consultation. On a perçu des honoraires de consultance, soit 400 mille dollars ainsi répartis : par la compagnie chinoise, 100 mille dollars pour soutenir mes activités liées au Panafricanisme, 100 mille dollars pour rembourser 6 mois des préfinancements de prestations de notre cabinet au Tchad et en Chine et 200 mille dollars pour nos honoraires», détaille-t-il. Il poursuit : «Mon partenaire et moi avons ouvert un compte à Dubaï pour tous les avantages que l’on sait et n’avons pas hésité de transférer une partie de ces fonds sur notre compte City Bank à Washington DC et Dakar.»
La presse avait révélé que Gadio a été sauvé par un «deal» avec la justice américaine en acceptant de mouiller Patrick Ho. Il le réfute et s’en étonne : «Personne n’a pu savoir le contenu de l’accord qui était sous scellés, outre moi, mon avocat et les magistrats. Comment ces pourfendeurs pouvaient-ils savoir la trame principale de l’accord ?» Sur sa double nationalité, américaine et sénégalaise, il est formel : «Je ne suis pas, je n’ai jamais été, je n’ai jamais cherché la nationalité américaine ou celle de tout autre pays du monde. J’ai une Green card américaine (il la brandit) depuis 1999. On ne peut pas avoir la carte verte et la nationalité américaine.» Le président de l’Ips rapporte les conclusions des procureurs : «Gadio est crédible et véridique. Il n’a jamais varié dans sa version des faits. Il n’a pas commis de fraude sur les taxes, mais il avait une certaine méconnaissance de la loi américaine sur les taxes. Donc, il n’y aura pas de poursuites pour acte criminel dans ce dossier. Il n’a pas participé à la tentative de corruption liée aux 2 millions de dollars rejetés par le Président du Tchad.» Et pour clore le débat, il dit : «C’est là ma part de vérité.»
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here