PARTAGER

Accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat, de recel de détournement de deniers publics et blanchiment de capitaux par la justice ivoirienne, l’ancien président de l’Assemblée nationale a déposé plainte en France.
Déposée par les avocats de Guillaume Soro le 21 janvier à Paris, devant le procureur de la République, cette plainte vise quatre personnes : Jean-Pierre Perez, Olivier Bazin, Akim Laacher et Richard Adou. Les trois premiers pour «captation illicite de la vie privée», «transmission d’une captation illicite» et «diffusion d’un montage illicite». Richard Adou, procureur de la République de Côte d’Ivoire, est lui visé «diffusion d’un montage illicite» et «tentative d’escroquerie au jugement».
Patron du groupe Pefaco qui possède plusieurs casinos et hôtels en Afrique de l’Ouest, Perez est une figure des réseaux corses sur le continent. Il a été présenté à Soro en 2012, lorsque ce dernier était Premier ministre, par le chef de gouvernement burkinabè Tertius Zongo. Olivier Bazin est lui un proche de Robert Montoya, ancien gendarme reconverti dans la vente d’armes en Afrique.

Enregistrement audio
Les deux hommes sont au cœur de l’enregistrement rendu public par Richard Adou, lors d’une conférence de presse le 26 décembre, pour justifier les accusations d’atteinte à la sûreté de l’Etat qui visent l’ancien président de l’Assemblée nationale.
L’enregistrement en question a eu lieu quelques semaines après les mutineries de mai 2017 au domicile abidjanais de Soro, à Marcory Résidentiel. Perez et Bazin sont présents. On l’entend discuter de ses soutiens au sein de l’Armée, et notamment de celui des «comzones» qui dirigeaient la rébellion des Forces nouvelles à ses côtés après 2002.

jeuneafrique.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here