PARTAGER

A Abidjan, une importante cache d’armes vient d’être découverte dans un quartier de la capitale économique. Plusieurs fusils, mitrailleurs, lance-roquettes et grenades ont été saisis par l’Armée ivoirienne au cours d’une enquête. Découverte qui intervient alors que depuis trois mois, le pays est régulièrement troublé par des braquages récurrents de gendarmeries ou de postes de police avec vols d’armes.

Des fusils d’assaut Ak 47, des grenades, des lance-roquettes, des obus, 300 treillis, des fausses plaques d’immatriculation, des charges explosives… L’inventaire des équipements saisis par l’Armée ivoirienne semble sans fin. Outre ce matériel de guerre, quatre individus ont été interpellés par les Forces de l’ordre sans que l’on ne connaisse pour le moment leur identité ni leur motivation.
C’est hier, suite à une alerte donnée par un riverain, que les soldats ont pénétré dans un gymnase désaffecté d’Attécoubé, quartier situé entre le plateau du Banco et Yopougon.
A signaler que des cartes de membre d’une organisation inconnue, le «Groupement guerrier pour la dignité et la justice en Côte d’Ivoire», ont également été retrouvées par les enquêteurs.
Déjà début septembre, lors de l’arrestation de suspects suite à l’attaque de l’école de police, des documents, estampillés d’une mystérieuse «Division nationale pour la défense du territoire (Dndt)», avaient été retrouvés par les Forces de l’ordre. A l’époque, Abidjan avait incriminé des proches de l’ex-Président Laurent Gbagbo d’être derrière toutes ces tentatives de déstabilisation.
rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here