PARTAGER

Environ quarante éléments des forces spéciales de l’Armée ivoirienne ont manifesté mardi dans la matinée, pendant une vingtaine de minutes, en procédant à des tirs en l’air dans leur base d’Adiaké, dans le sud-est du pays.
A l’origine de ce mouvement, une revendication portant sur des primes. «Ils exigeaient d’avoir les mêmes primes que les mutins de Bouaké. Les forces spéciales ne sont pas sorties de leur caserne, la manifestation s’est limitée à l’intérieur du camp», ce mardi 7 février, a confié à Jeune Afrique une source proche de la Présidence, qui a confirmé que les forces spéciales n’avaient effectivement pas fait partie des bénéficiaires des récentes primes.
Le calme est rapidement revenu dans la caserne. Le Général de division Sékou Touré, chef d’état-major des armées, et son adjoint et commandant des Forces spéciales, le Général de brigade Lassina Doumbia, accompagnés du Général Vagon­do Diomandé, le chef d’état-major du président de la République, devaient se rendre sur place dans la journée à bord d’un hélicoptère de lArmée pour mener des discussions avec les hommes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here