PARTAGER

42 clubs réclament la tête du président de la Fédération ivoirienne de football (Fif) Sidy Diallo. L’instance a réagi mercredi en indiquant qu’elle «prend acte» de cette requête et qu’elle va «se prononcer en urgence» à ce sujet.

«Je ne démissionnerai pas. J’irai jusqu’à la fin de mon mandat.» Le 17 décembre dernier, à l’antenne de la Rti, le président de la Fédération ivoirienne de football (Fif), Sidy Diallo, confirmait qu’il n’a aucune intention de jeter l’éponge. Vivement critiqué depuis l’échec de la qualification au Mondial 2018, le dirigeant a encore été ciblé vendredi dernier par une pétition signée par 42 clubs du pays, réclamant la tenue d’une Assemblée générale extraordinaire visant à destituer le dirigeant. Mercredi, la Fif a annoncé qu’elle «prend acte» de cette requête et qu’elle va «se prononcer en urgence» à ce sujet.
«La Fédération ivoirienne de football (Fif) informe la famille du football ivoirien et l’opinion publique de ce que, par exploit d’huissier en date du 29 décembre 2017 à 17 heures 51 mn, elle a reçu notification à la requête de 38 clubs et de 4 Groupements d’intérêts membres de la Fif, soit de 42 membres, d’une demande de convocation d’une Assemblée générale extraordinaire, ayant pour unique point à l’ordre du jour la révocation du président de la Fédération et du Comité exécutif, au motif déterminant de l’élimination de l’Equipe nationale de football des Eléphants pour les phases finales de la Coupe du monde. Le Comité exécutif de la Fédération prend acte de cette requête sur laquelle il entend se prononcer en urgence, aussi bien dans la forme que dans le fond», indique la Fif dans un communiqué. Affaire à suivre…
Afrik-foot

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here