PARTAGER

Réduit à dix en seconde période, le Jaraaf a réussi à s’imposer (2-0) à domicile face à Rs Berkane, hier en match aller des 16èmes de finale de la Coupe Caf. Un résultat qui permet à l’équipe de la Médina d’aborder la manche retour avec un bon confort psychologique même si son coach se dit conscient que ce ne sera pas facile.

Rien de pouvait arriver au Jaraaf hier au stade Léopold Sédar Senghor. En match aller des 16èmes de finale de la Coupe Caf, l’équipe de la Médina a battu celle de Rs Berkane sur le score de deux buts à zéro. Un résultat idéal avant la manche retour au Maroc.
Il faut dire que les joueurs du Jaraaf ont bien tiré les enseignements du match perdu contre le Wydad de Casablanca, en tour préliminaire de la Ligue africaine des Champions. Battus à l’aller (0-2), les Médinois avaient raté de peu la qualification. Même si l’arbitrage n’avait pas été à la hauteur. C’est pour ne pas revivre les mêmes images que les champions en titre ont pris le match par le bon bout en ouvrant le score dès la 6e minute par Assane Mbodji.
Meilleur scénario pour entamer la partie. Surtout face à un adversaire devenu le bourreau des clubs sénégalais ces dernières années pour avoir éliminé respectivement Génération Foot et Mbour Petite Côte. Auteur d’une bonne prestation, malgré l’adversité en face avec de grands noms à l’image de l’international burkinabè, Alain Traoré, le Jaraaf déroule et parvient à inscrire le second but tout juste avant la pause (44e). Sur un coup franc à l’entrée de la surface, Madické Kane loge le cuir dans les filets adverses. Le portier marocain, M’Hamdi Abdelaali, ne pouvait rien faire sous les yeux du sélectionneur des Lions de l’Atlas, le Français Hervé Renard.

Tension sur le terrain et dans les gradins, Renard pris à partie
Menés par deux buts à zéro, les Marocains se rebiffent et parviennent à s’offrir un penalty juste au retour des vestiaires. Et comme une «double peine», le Jaraaf se retrouve à dix après l’exclusion pour cumul de cartons de Alioune Badara Tendeng (57e mn) par l’arbitre camerounais, Alioum Alioum.
Un fait de jeu pas trop apprécié par les joueurs, le staff et les supporters sénégalais. Du coup, jusque-là dans une bonne ambiance, le match prend une autre tournure et la tension gagne le terrain et les gradins.
Au moment où ça se frotte entre joueurs et arbitre, les supporters s’en prennent aux dirigeants marocains. Et la cible ne sera autre que le meilleur entraîneur de l’année, le technicien français, Hervé Renard, bien installé dans la loge officielle. Une situation qui a certainement déstabilisé l’attaquant de Rs Berkane, Kodio Fo-Doh Laba, qui rate son penalty en voyant sa frappe rebondir sur la barre transversale. Le Jaraaf s’en tire bien et va résister pendant la dernière demi-heure.
Après plusieurs tentatives stoppées par le gardien Pape Ndiaye, les Marocains qui n’en revenaient pas, finissent par verser dans le mystique, accusant leurs adversaires de détenir des potions magiques dans leurs buts. Ce qui installera de nouveau la tension.
Avec beaucoup d’abnégation et de rigueur, le Jaraaf finit par s’imposer. Il faudra réaliser le même match avec le même état d’esprit si les poulains de Malick Daf veulent accéder aux huitièmes de finale de la Coupe Caf.
wdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here