PARTAGER

Pour le délit de «coups et blessures volontaires» sur Cheikh Faye,  garde du corps du ministre de la Pêche, Oumar Guèye, le prévenu Adama Traoré a écopé de 3 mois d’emprisonnement ferme. Les deux hommes en étaient venus aux mains, il y a quelques semaines, lors d’un meeting de l’Alliance pour la république (Apr) à Bambilor.

Les querelles internes à l’Alliance pour la république (Apr) dépassent les limites du champ politique. Hier, les conséquences des guerres de positionnement au sein du parti présidentiel se sont invitées à la barre des flagrants délits du Tribunal de grande instance de Dakar. Il s’agit des prolongations de l’incident noté le 6 mai dernier lors d’un meeting de «réconciliation» entre deux tendances de l’Apr du département de Rufisque. Hier lundi donc, l’un des gardes du corps de Ndiagne Diop, maire de Bambilor,  a écopé de 3 mois de prison ferme. Le condamné Adama Traoré devra par ailleurs payer la somme de 500 mille franc Cfa à Cheikh Faye, garde du corps du ministre de la Pêche, Oumar Guèye.
Il est reproché à Adama Traoré d’avoir commis des coups et blessures volontaires sur la partie civile qui a eu une incapacité temporaire de travail (Itt) de 30 jours. Tout serait parti de la présence «suspecte» de Traoré sur la tribune officielle lors de la manifestation politique. D’après la partie civile, Adama Traoré était encagoulé et armé. Alors assurant la sécurité du ministre Oumar Guèye, Cheikh Faye a eu le «réflexe de le neutraliser». C’est ainsi que les coups de poing ont commencé à pleuvoir. De cette bagarre, le garde du corps du coordonnateur départemental de l’Apr à Rufisque s’en est sorti avec une «fracture du nez».
A en croire l’avocat de la partie civile, le prévenu aurait été arrêté avec du matériel militaire composé d’armes, de bombes asphyxiantes, d’un gilet pare-balles.  «Il y a une agitation autour de ce dossier pour le faire libérer comme si l’impunité règne dans ce pays. Or des individus pareils, il faut les mettre hors état de nuire», plaide l’avocat de Cheikh Faye. Il a réclamé la somme de 10 millions de franc Cfa de dommages et intérêts pour tous causes et préjudices confondus.
Dans son réquisitoire, le procureur a estimé que les faits sont «constants». Il a requis 2 mois de prison ferme contre le mis en cause.
Prenant la parole, la défense a servi au juge et ses assesseurs sa version des faits. Au regard des avocats de Adama Traoré, leur client a été recruté par un responsable politique pour assurer sa sécurité. Alors, disent-ils, c’est en menant la ronde pour vérifier la position de ses éléments qu’il a accédé à la tribune officielle. «C’est là qu’il a été bloqué et roué de coups par Cheikh Faye qui a commencé les hostilités.» Les avocats parlent de «légitime défense» en faveur de Adama Traoré qui a «riposté de façon immédiate et proportionnelle». Pour Me Bamba Cissé, «il y a eu une attaque injuste. Il était là pour exercer son métier, être à proximité de son mentor. Il y a une provocation qui est une injustice», dit-il. Me Cissé et ses confrères ont plaidé la «relaxe purement et simplement» de leur client. «La somme de 10 millions, ça peut ressembler à de la spéculation. C’est exagéré, ramenez  la somme à juste proportion», sollicite Me Bamba Cissé.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here