PARTAGER

Ce sera une course de motos 100% sable sur le site du Lac Rose ce dimanche. Le «Sanduro Yamaha» va accueillir une cinquantaine de participants dont des Sénégalais et des pilotes d’autres nationalités. L’attraction de cette course sera le Français Adrien Van Beveren, un grand pilote qui a participé à plusieurs reprises au «Dakar».

C’est parti pour la deuxième édition du «Sanduro Yamaha». Le top départ va être donné ce dimanche à 11 heures précises, d’après les explications de Christian Razafinjato, directeur au département Yamaha à Cfao Motors.
«Sanduro Yamaha» est une course d’endurance d’une durée de 2 heures 30 minutes. Elle va se faire sur un circuit de 6 kilomètres sur le sable du Lac Rose. Cette année, les organisateurs ont voulu donner un cachet international à l’évènement. Une cinquantaine de pilotes professionnels et amateurs dont une quinzaine de Sénégalais, deux pilotes de la Mauritanie, un de la Côte d’Ivoire, la France et l’Espagne prendront part à l’évènement. L’attraction de cette course sera certainement le grand pilote professionnel, le Français Adrien Van Beveren. «L’un des plus grands pilotes au monde», soutient le directeur de Yamaha.
Il arrive ce vendredi à Dakar et va courir avec sa propre moto, déjà sur place. Il avait terminé 4ème au Dakar 2017, 6ème lors du «Dakar 2018» et était en tête au «Dakar 2019» avant d’abandonner à cause d’une chute à quelque jours de l’arrivée, selon M. Razafinjato.
Le pilote officiel de Yamaha, Stéphane Wone, aura donc un adversaire de taille. Il va mettre en jeu son titre, puisque lors de la première édition c’est lui qui avait remporté la course moto. «On ne pouvait pas rêver mieux en ayant Adrien. Dans le monde de la course de sable, il fait partie des meilleurs. Je l’ai suivi et il a gagné pas mal de courses au niveau mondial», témoigne-t-il.
Le directeur du département Yamaha Cfao Motors, pour sa part, promet un beau spectacle ce dimanche. «C’est un tracé assez rapide, avec peu de virages, des passages sur les bois, sur la plage (400 mètres), des montées et des descentes pour assurer le côté fun de la course», note M. Razafinjato.
Le président du «Club Sénégal moto verte», Daouda Ngom, a salué cette initiative de Cfao Motors qui, pour lui, a insufflé la course moto au Sénégal. A en croire M. Ngom, déplacer un pilote comme Adrien est un grand honneur pour les amateurs de moto-cross. Il a profité, tout de même, de l’occasion pour déplorer le manque de sites de course qui guette ce sport. «A Dakar, il n’y a presque plus de sites. Au Lac Rose, on a grignoté sur tout l’espace pour en faire des maisons. Le manque d’espace a d’ailleurs rendu difficile le traçage du circuit», fait-il savoir. Or, rappelle le directeur de Yamaha, historiquement le Lac Rose est lié à l’arrivée du «Paris-Dakar». Il estime que cela devrait rester pour la moto.
La première édition du «Sanduro Yamaha» avait eu lieu sur ce même site et avait noté la participation de 35 motos. Cfao Motors s’engage à ancrer cette discipline dans la culture sportive du pays.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here