PARTAGER
Babacar Touré, président du Cnra.

Le Cnra a publié son rapport sur la dernière campagne des Législatives du 30 juillet 2017. Il en ressort que les coalitions Benno bokk yaakaar, Manko wattu senegaal et Manko taxawu senegaal ont été favorisées par les médias publics et privés au détriment des autres listes.

Près d’un an après les dernières élections législatives, le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) tire le bilan de la couverture médiatique de cet évènement. L’organe de régulation prend en compte la précampagne et la campagne proprement dite. Tous les moyens de diffusion d’informations sont aussi concernés par cette étude, qu’ils soient publics ou privés. Concernant la première période, le Cnra déplore la prédominance des trois grandes coalitions : Benno bokk yaakaar, Manko wattu senegaal et Manko taxawu senegaal. Selon lui, les médias ont fait la part belle à ces formations politiques au détriment des 44 autres listes. Le travail porté sur la presse écrite dévoile que 63,3% des «Unes» ont été consacrés à la coalition Benno bokk yaakaar qui est la frange politique la plus représentée, contre seulement 16,49% des publications attachées à la Coalition ga­gnan­te/Wattu sene­gaal, suivie de la coalition Manko taxawu senegaal, se situant autour de 12,77% de représentation.
La tendance est la même avec la presse en ligne. Selon le rapport, 85 publications portent sur Benno bokk yaakaar, contre seulement 17 sur la Coalition gagnante/Wattu senegaal et enfin 14 pour Manko taxawu senegaal.
Pour ce qui est du troisième médium, à savoir la radio, les voix les plus audibles ont également été celles des hommes politiques appartenant aux trois grandes coalitions précédemment énumérées. 52,94% des publications radiophoniques portent sur Benno bokk yaakaar, contre seulement 16,99% sur la Coalition gagnante/Wattu senegaal et enfin 14,38% des relevés concernent la coalition Manko taxawu senegaal.
Enfin pour la télévision, le Cnra confirme l’omniprésence du trio gagnant de ces joutes électorales. La structure fait le bilan : «La coalition Benno bokk yaakaar est toujours largement représentée avec un taux de 60,65%, contre seulement 25,93% pour la Coalition gagnante/Wattu senegaal dont la présence est cependant plus importante que sur les radios. En troisième position avec seulement 5,56 % vient la coalition Manko taxawu senegaal.»
Les réalités de la compétition viendront conforter celles de la phase préparatoire. Le traitement n’a pas beaucoup changé, selon l’organe dirigé par Babacar Touré. Qui rapporte que «57,22%» des «Unes» ont été consacrés à la coalition Benno bokk yaakaar. Un léger recul dans la mesure où son taux était de 63,3% lors de la précampagne. 25,77% des publications ont été en faveur de la Coalition gagnante/­Wattu senegaal qui n’était concernée que par 16,49% des articles pendant la précampagne. En troisième position vient la coalition Manko taxawu senegaal qui, avec 9,79%, marque une baisse importante si on se réfère à ses 12,77% pendant la précampagne.
Durant la campagne, 1 185 programmes ont été diffusés sur huit radios : Fm Sénégal, Radio Sénégal, Rewmi Fm, Rfm, Rmd, Sud Fm, Walf Fm et Zik Fm. A l’instar de la précampagne, les trois «grandes coalitions» ont été les plus présentes. Cette fois-ci, Benno Bokk yaakaar a connu une baisse d’audience. De 52,94, elle s’est retrouvée avec 43,71%. Contrairement à la Coalition gagnante/Wattu Senegaal qui a connu une hausse de 4% (de 16,99% à 20,88%), alors que la coalition Manko taxawu senegaal est restée sur ses 14%.
La couverture de la campagne par la télévision n’est pas loin de celle de la précampagne. 9 chaînes (Rts, Tfm, Walf Tv , 2STv, Sen Tv, Mourchid Tv, Lamp Fall, Rdv et Dtv) ont diffusé 1 226 émissions. Selon les chiffres du Cnra, 54,89% des publications télédiffusées con­cernent l’actualité politique de la coalition Benno bokk yaakaar, contre seulement 18,43% pour la Coalition gagnan­te Wattu senegaal et 12,72% pour la coalition Manko taxawu senegaal. Les autres listes se situent entre 3,6% et 0,24% des publications.
Pour lui , ce traitement est peut-être dû au fait que les professionnels de l’information ont pu considérer que les élections législatives allaient se jouer entre ces trois grands groupes considérés comme les plus importants et que, par conséquent, les médias devaient se focaliser sur eux, d’autant que le nombre de «listes en compétition (47) pouvait rendre difficile une couverture médiatique équitable».

Pas de parité devant les médias
Presse écrite, radio, télévision et presse en ligne ont toutes braqué leur regard sur les hommes, si l’on se fie au rapport du Cnra. Sur la présence des hommes et des femmes à travers les médias, dans les différentes phases du processus de ces élections, on voit qu’avant la campagne, sur l’ensemble des supports, les hommes ont été les plus visibles (entre 95,15% et 97,87%), les femmes sont à peine présentes avec un taux de (2,13% à 3,85%).
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here