PARTAGER

Après 5 mois de lutte contre le Covid-19, le Sénégal n’a pas réussi à aplatir la courbe des contaminations. Avec 209 cas de décès et plus de 10 mille personnes touchées, la situation épidémiologique est toujours préoccupante même si l’indifférence semble générale partout dans le pays, vu le comportement des citoyens.

Cinq mois après le recensement du premier cas positif au Covid-19, la courbe épidémiologique au Sénégal évolue en dents de scie. Hier, l’on a enregistré 60 cas sur 915 tests réalisés dont 48 contacts suivis par les services du ministère de la Santé et de l’action sociale et 12 cas issus de la transmission communautaire répartis entre les régions de Saint-Louis, Dakar, Thiès et Diourbel.
Alors que 16 patients ont été déclarés guéris, 39 cas graves sont également pris en charge dans les services de réanimation des différents services de traitement. Exceptionnellement, aucun décès n’a été enregistré hier et le samedi avec un nombre de cas positifs en net recul. Si le nombre de personnes était assez faible (52), il y a eu 4 cas de décès. Il faut savoir qu’entre le jeudi et le dimanche, le pays a enregistré 383 cas positifs et 9 morts, portant le nombre de personnes ayant succombé de la maladie à 209.
Après cinq mois de lutte, la situation semble figée dans l’incertitude, avec un relâchement et une levée des restrictions qui ont fait voler en éclats les gestes barrières. Que faire pour inverser la tendance ? Le gouvernement va-t-il revoir sa stratégie même si tout le monde admet que la relance de la machine économique ne doit pas être différée ? Est-ce que la prise en charge à domicile est efficace ? Quid de la baisse de tests ? Autant de questions auxquelles les experts du ministère de la Santé doivent apporter des réponses lors de la séance de briefing mensuelle prévue dans les prochaines heures.
Il y a un mois, la situation épidémiologique n’était guère meilleure. La comparaison faite entre les 3 premiers mois et le mois de juin a montré «une progression de plus de 38% avec plus de 2 765 cas notés dans le courant du mois de juin». Selon Dr Abdoulaye Bousso, «la proportion des guéris a aussi évoluée». Le nombre de guéris est passé de 2 414 à 4 599, soit un taux de guérison de 65% et une hausse de 78,5% de cas contacts. Alors qu’il a été noté 74 cas de décès durant le mois de mai.
En outre, les cas communautaires étaient passés de 19,5% contre 10,20% lors du précédent point mensuel et les cas importés, quant à eux, «restent stables autour de 2%».
Analysant les chiffres, le ministère de la Santé rappelait que «la situation est préoccupante, mais il faut savoir que le Sénégal ne constitue pas une exception dans le monde». Evidemment ! Avec un taux de létalité de 2% parmi les cas confirmés, le Sénégal en est à 10 mille 344 cas positifs au Covid-19 dont 6 838 guéris et 3 296 personnes encore sous traitement et 209 décès. Il y a un mois, on en était à 7 054 cas positifs dont 4 599 guéris, 121 décès et 2 333 encore sous traitement. «Cette pandémie est une crise sanitaire comme on n’en voit qu’une par siècle, et ses effets seront ressentis pour les décennies à venir», a alerté le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à l’ouverture d’une réunion de l’Oms à Genève. Le Comité d’urgence de l’organisation, réuni depuis vendredi pour la quatrième fois pour réévaluer la pandémie, «a souligné que sa durée allait être certainement très longue» et ses conséquences désastreuses.
Hier, le virus a touché 18 millions d’individus à travers le monde dont près de 1,8 million de cas supplémentaires recensés cette semaine. Il a déjà tué plus de 685 mille personnes. Depuis plus de cinq mois, le monde vit au rythme du Covid-19 qui a progressé, ou repris en intensité. Face à cette situation, la plupart des pays touchés et qui avaient réussi à imposer des règles très strictes en termes de confinement commencent à serrer la vis, craignant un retour du virus avec l’été.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here