PARTAGER

Le ministère de la Santé et de l’action a recensé hier 41 cas sur 824 tests effectués. Il s’agit de 33 cas contacts suivis et 8 issus de la transmission communautaire. Ils ont été recensés à la Sicap, Bignona, Diamniadio, Matam, Mbao, Richard Toll, Saint-Louis et Ziguinchor.
A l’image des derniers jours, la transmission communautaire ne ralentit pas avec une dissémination des cas sur toute l’étendue du territoire national. Hier, les régions Dakar, Saint-Louis, Matam et Ziguinchor ont été touchées alors que lundi, plusieurs circonscriptions administratives avaient connu plusieurs cas de contamination. Même s’il ne s’agit que de 8 cas communautaires, l’après-tabaski risque d’être cauchemardesque dans ce pays avec la navette des «horaires» qui s’intensifie et sans aucune surveillance médicale.
Dans son rapport de situation de la maladie publié hier, le ministère de la Santé et de l’action donne un aperçu de la gravité de la situation. Entre le 21 et le 28 juillet, le pays a enregistré 857 nouveaux cas confirmés de Covid-19 contre 750 la semaine précédente. Alors que 20 nouveaux décès ont été recensés durant la même période. Soit un taux de létalité de 2% parmi les cas confirmés.
Aujourd’hui, 63 districts sanitaires ont connu un cas au moins, soit une proportion de 80%. Au total, 130 alertes ont été reçues et traitées au Samu national contre 169 la semaine précédente.
Par ailleurs, 114 patients ont quitté hier les centres de traitement des épidémies. Mais avec 50 cas graves toujours en soins intensifs et 4 décès, la situation reste extrêmement préoccupante, surtout que le relâchement dans l’observation des gestes barrières est total dans ce contexte de pré-Tabaski.
Il faut savoir que le coronavirus a affecté 9 805 personnes depuis son apparition dans le pays le 2 mars dernier dont 6 591 patients guéris, 198 décès et 3 015 encore sous traitement dans les différents centres hospitaliers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here