PARTAGER

Lors de cette rencontre, la pandémie du Covid-19 a aussi été abordée. D’après le ministre de la Santé, de si bons résultats ont été obtenus dans la gestion de cette pandémie. Nous le devons à notre stratégie de riposte. A ceux qui avancent l’hypothèse d’une immunité collective, Abdoulaye Diouf Sarr répond que celle-ci n’est pas plausible. A ce propos, il dit : «Nous pouvons dire sans risque de nous tromper que c’est dû à l’efficacité de la riposte parce que l’immunité collective ne peut pas être une stratégie de riposte. Si l’immunité collective était la stratégie de riposte, le corolaire serait un nombre de morts extrêmement important. Aujourd’hui, le Sénégal a le meilleur taux de létalité par rapport à la moyenne africaine et mondiale.» Pour couper court à ce débat, il déclare : «Donc il faut mettre de côté l’hypothèse de l’immunité collective, c’est la riposte qui a été très efficace qui a permis d’avoir ce résultat». Quid d’une éventuelle deuxième vague ? Abdoulaye Diouf Sarr renseigne que les résultats des recherches «ne prédisent pas qu’il y aura une seconde vague». Mais, précise-t-il, «nous travaillons toujours dans l’hypothèse pessimiste. Quand on gère une pandémie, il ne faut jamais être optimiste. C’est pourquoi nous demandons à ce que les mesures continuent d’être respectées».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here