PARTAGER

A la suite de l’apparition en Afrique de nouveaux «variants» du Covid-19, l’Organisation mondiale de la santé (Oms) appelle les pays à la vigilance.

La récente apparition dans la région africaine de nouveaux «variants» du Covid-19 semble avoir une transmissibilité plus forte. L’alerte est de l’Orga­nisation mondiale de la santé (Oms) qui appelle les pays à renforcer la surveillance et l’analyse génomique à travers le Réseau africain de laboratoires de séquençage du génome afin de détecter toute nouvelle mutation et de renforcer les efforts pour enrayer la pandémie. Dans un communiqué, l’Oms informe que l’Afrique du Sud a récemment détecté un nouveau variant du Sars-Cov2, qui semble se transmettre plus facilement. Et il est, d’après l’Oms, probablement lié à l’augmentation actuelle d’infections au Covid-19 dans le pays. D’ailleurs, davantage d’analyses sont en cours pour déterminer la signification épidémiologique de cette mutation. Le Nigeria procède aussi à plus d’investigations sur le variant identifié dans des échantillons collectés en août et octobre. Selon la directrice régionale de l’Oms pour l’Afrique, Dr Matshidiso Moeti, «l’apparition de nouveaux ‘’variants’’ du Covid-19 est un phénomène
courant. Néanmoins, ceux avec une vitesse supérieure de transmission ou une potentielle pathogénicité élevée sont préoccupants. Des enquêtes essentielles sont en cours pour pleinement comprendre le comportement des nouveaux virus mutants et adapter la riposte en con­sé­quence». Elle ajoute : «Alors que la surveillance et la détection du Covid-19 sont des éléments cruciaux de la riposte à la pandémie, les mesures de santé publique telles que le lavage des mains, la distanciation physique et le port du masque demeurent essentielles pour limiter les infections. Les mesures actuelles de prévention sont aussi efficaces pour les nouveaux ‘’variants’’ de Sars-Cov2.» L’Oms rappelle qu’en septembre 2020, elle et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Africa Cdc) ont lancé un réseau de 12 laboratoires en Afrique pour renforcer le séquençage du génome du Sars-Cov2. Et à la date du 23 décembre, renseigne le document, 4 948 séquences ont été produites dans la région, représentant uniquement 2% des 295 mille 101 séquences réalisées dans le monde jusqu’à présent. La même source révèle que l’Afrique du Sud, qui est à l’origine de la plupart des 4 948 séquences, a identifié 35 li­gnées du Sars-Cov2, et le Nige­ria 18.
Poursuivant, l’Oms fait savoir que les nouveaux «variants» sont apparus alors que les infections au Covid-19 sont en augmentation dans les 47 pays de la région africaine de l’organisation, approchant le pic atteint en juillet 2020. Au cours des 28 derniers jours, souligne l’Oms, l’Algérie, le Botswana, le Burkina Faso, la République démocratique du Congo, l’E­thio­pie, le Kenya, la Namibie, le Nigeria, l’Afrique du Sud et l’Ouganda ont enregistré les plus hauts nombres de nouveaux cas, représentant 90% de toutes les infections de la région africaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here