PARTAGER

La pandémie du coronavirus n’épargne aucune couche de la société. Mais certains secteurs sont plus touchés que d’autres. Chez les artistes et musiciens, le couvre-feu, l’Etat d’urgence et l’interdiction des rassemblements ont fait perdre leur gagne-pain à beaucoup d’entre eux. Certains, comme les «Frères Guissé», ont dû se résoudre à annuler leur tournée internationale. N’empêche, en ces temps de crise, les artistes se mobilisent pour sensibiliser la population.

Entre la fermeture des frontières et l’instauration d’un couvre-feu de 20h à 6h du matin, ils sont nombreux les artistes sénégalais qui ont perdu leur gagne-pain. Les «Frères Guissé» en font partie. Mais ce groupe, qui a pris naissance dans le quartier de Yarakh à Dakar, a aussi dû faire face à l’annulation d’une tournée internationale en France, en Italie et en Allemagne. «On devait être en tournée depuis mars dans trois pays en commençant par l’Italie les 7, 12 et 14 mars. Quand les choses ont commencé en Italie, on a annulé en se disant qu’on allait faire avec la France et l’Allemagne. Mais deux semaines après, on s’est rendu compte qu’en France, aussi, ça devenait compliqué. On a alors décidé de ne plus partir et c’est à ce moment que l’Etat d’urgence a été décrété. Ce week-end du 4 Avril aurait dû nous trouver en Allemagne, à côté de Francfort ensuite à Munich et Stuttgart», raconte l’artiste.
L’annulation de cette tournée n’est pas sans conséquence financière. «Tout est tombé à l’eau alors qu’on avait déjà acheté les billets d’avion à 4 millions de francs. Rien que pour les 5 à 6 dates de la France, le manque à gagner de la tournée, c’est 22 500 euros (plus de 14 millions de francs Cfa)», explique le musicien.
Du côté de l’Association des métiers de la musique (Ams), la situation fait réagir. Le président de l’Ams, Daniel Gomes, a annoncé vendredi dernier le lancement d’une enquête pour mesurer l’impact de la pandémie après la fermeture et l’annulation de beaucoup de manifestations culturelles. Interrogé par l’Agence de presse sénégalaise (Aps), il explique qu’un formulaire, mis en ligne depuis mardi sur la page Facebook de l’Ams, invite les professionnels du secteur de la musique à signaler les problèmes spécifiques auxquels ils sont confrontés avec l’annulation ou le ralentissement de leurs activités ou la fermeture de leurs espaces.
Clips pour la sensibilisation
Pour beaucoup d’artistes, la situation nécessite un investissement en termes de sensibilisation et de partage des informations. Le collectif Y’en a marre a déjà ouvert la voie avec un titre réalisé par les musiciens du mouvement.
Directeur de la Maison des cultures urbaines de Matam (Mcu), Massafou a pris l’initiative de réunir une palette d’artistes de la région comme Mama Sarr, Mikez ou Mc Mody. C’est ainsi qu’est né l’opus «Reentaade Covid-19». La chanson en pulaar met l’accent sur les gestes de prévention édictées par les autorités pour éviter la propagation du virus au sein de la population. L’initiative n’est que la dernière à avoir vu le jour.
Au fil des jours, des artistes se mobilisent pour proposer des créations pouvant appuyer le travail des autorités dans la lutte contre le Covid-19. Sketch, films et autres fleurissent sur le net. Même les danseurs sont mobilisés à l’image de Hardo Ka, qui propose une chorégraphie autour des gestes barrières. Mais comme le souligne Alibeta, artiste et musicien, «le plus important, c’est que chacun prenne ses responsabilités».
Scènes ouvertes sur Facebook
Face à la situation de confinement dans les pays européens et pour rendre plus supportable le couvre-feu instauré au Sénégal, des initiatives se multiplient, essentiellement en ligne de la part des musiciens et artistes sénégalais. Les fans du chanteur du groupe des «Frères Guissé» ne diront pas le contraire, eux qui ont passé une belle soirée samedi dernier. En effet, sur sa page Facebook, le chanteur a improvisé un concert.
Avec le coronavirus qui s’étend sur quasiment l’ensemble de la planète, certains Etats ont pris des mesures draconiennes pour éradiquer la propagation du virus. En France, en Italie ou en Espagne, la population vit confinée depuis plusieurs jours. La situation de plus en plus critique avec une liste de décès qui ne cesse de s’allonger, agit forcement sur le mental. «J’ai vu le désarroi et la tristesse de mes amis confinés en Europe et j’ai fait ça pour leur donner quelques heures de bonheur et les sortir de leur morosité», explique au téléphone Cheikh Guissé. Depuis deux semaines déjà, le musicien offre chaque samedi soir à 21h un concert à ses fans. «La première fois que je l’ai fait, c’était le soir où je devais jouer à Montpellier. Tous mes amis m’attendaient, donc je leur ai proposé un concert en live sur ma page Facebook. Beaucoup de gens se sont connectés des Etats-Unis, du Canada et d’ailleurs. Comme ça leur a apporté un peu de bonheur, je vais continuer et donner un concert chaque samedi soir à 21h», dit-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here