PARTAGER

En testant 1 700 personnes, les autorités se sont retrouvées avec 134 cas positifs qui semblent montrer la fragilité de la situation, malgré les dernières assurances du ministre de la Santé et de l’action sociale qui entrevoyait une maîtrise de la maladie. Avec 30 cas communautaires, le combat est loin d’être gagné.

Depuis l’apparition de la pandémie, l’évolution des cas a été toujours en dents de scie. Alors qu’il était au bord des larmes la semaine dernière à cause de la persistance de la maladie, notamment à Dakar, Abdoulaye Diouf Sarr s’est montré jeudi beaucoup moins catastrophé que d’habitude. Finalement, il s’agissait d’une façon très habile de préparer le terrain à la levée des dernières mesures restrictives qui avaient été mises en place pour rompre la chaîne de contamination.
Dès qu’il a annoncé que le Sénégal avait atteint le pic de la maladie lors de la 11e semaine, un fait n’avait pas échappé aux gens : les tests avaient aussi chuté. Dès qu’ils ont été augmentés, le nombre de cas positifs est remonté en flèche. Malgré la tendance baissière chantée par le ministre de la Santé et de l’action sociale, la maladie à coronavirus a encore de beaux jours dans notre pays.
En faisant 1 700 tests – ce qui est une première – les autorités médicales se sont retrouvées avec 134 cas positifs dont 30 issus de la transmission communautaire répartis entre Touba (6), Popenguine (4), Guédiawaye (3), Malika (1), Cité Keur Khadim (1), Hlm Grand Yoff (1), Ben Tally (1), Pikine (1), Hann (1), Ouakam (1), Dieu­peul, (1), Rufisque (1) Thiès (1) Bounkiling (1) Keur Mbaye Fall (1), Mbacké (1) et Parcelles Assainies (3). Il faut y ajouter les 104 cas issus des contacts suivis par le ministre de la Santé. Un chiffre effroyable.

134 nouveaux
cas dont 30 communautaires et 114 nouveaux guéris
Que dire devant ce tableau ? En plus de persister dans des localités jusqu’ici répertoriées comme Touba, Parcelles Assainies, Rufisque, les cas communautaires ont fait leur apparition dans de nouvelles villes densément peuplées. Alors que les mesures restrictives ont volé devant la pression de la rue, même si le gouvernement a balayé cette hypothèse d’un revers de la main.
Il faut savoir aussi que Sénégal compte désormais 4 155 cas de coronavirus, dont 2 276 guéris, 47 décès, 1 831 patients encore sous traitement dans les hôpitaux. Pour une lutte plus efficace contre cette pandémie, Dr Waly Diouf exhorte les citoyens au respect des mesures barrières édictées par les autorités.

Macky Sall : «Le virus est toujours là»
Dans la même veine, Macky Sall tente de maintenir la pression sur les Sénégalais pour éviter un relâchement qui risque d’être fatal. «Chers compatriotes, ne baissons pas la garde ! Les mesures d’adaptation annoncées sont nécessaires, mais le virus est toujours là. Tout en gardant l’espoir que nous le vaincrons, j’en appelle à la responsabilité de chacune et de chacun pour le respect des mesures barrières», a-t-il dit sur Twitter, qui est devenu son canal de communication préféré.
Le gouvernement a levé jeudi les dernières restrictions dans le transport, le commerce et de faire passer l’heure du couvre-feu de 23h à 5h du matin. La poursuite de l’assouplissement des mesures restrictives prises pour lutter contre la propagation du coronavirus a été annoncée dans le communiqué du Conseil des ministres du mercredi. Cette décision intervient aussi après deux jours de manifestations dans plusieurs régions du pays pour mettre fin aux restrictions. En conférence de presse, le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, a fait savoir que «les gares routières reprendront du service pour le transport urbain et interurbain. Toutefois, une heure de fermeture est prévue pour toutes les gares routières interurbaines». «Les restaurants, les salles de sport, les casinos vont bénéficier de ces mêmes mesures d’assouplissement». Expliquant les raisons qui sous-tendent cette décision, le ministre a déclaré que «le gouvernement, comme d’habitude, reste à l’écoute des populations afin de contribuer à la relance des activités économiques». Toutefois, précise-t-il, «toutes ces mesures seront obligatoirement accompagnées de mesures telles que le port obligatoire du masque, la distanciation physique, l’existence de manifeste pour tous les départs dans le domaine des transports».

1 COMMENTAIRE

  1. Dr seyni et professeur BOusso cest a vous de prendre les traines pas letat cest vous qui savez le reel et je dis a vous de dicter les lois sinon on ne sen sortira pas

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here