PARTAGER
Thiémoko Meyliet Koné, gouverneur de la Bceao.

Pour contrer les effets néfastes de la pandémie du coronavirus (Covid-19) sur l’économie des pays membres de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa), la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) a pris une batterie de mesures.

La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) vient d’annoncer une première série de mesures pour freiner les effets néfastes de la pandémie du coronavirus (Covid-19) sur l’économie des pays membres de l’Umoa. Pour soutenir le système bancaire et le financement de l’activité économique dans cet espace par exemple, l’Institut d’émission commun aux huit Etats membres de l’Union monétaire ouest africaine a décidé «d’augmenter les ressources mises à la disposition des banques, afin de permettre à celles-ci de maintenir et d’accroître le financement de l’économie». A cet égard, informe la Banque dans un communiqué, «une première hausse de 340 milliards a été apportée au montant que la Banque centrale accorde chaque semaine aux banques pour le porter à 4 750 milliards de francs Cfa».
En ce sens, Thiémoko Meyliet Koné, gouverneur de la Bceao, et ses collègues entendent «élargir le champ des mécanismes à la disposition des banques pour accéder au refinancement de la Banque centrale. Dans ce cadre, la Bceao a pris l’initiative de faire la cotation de 1 700 entreprises privées dont les effets n’étaient pas acceptés auparavant dans son portefeuille».
Cette action, mentionne le document, «permettra aux banques d’accéder à des ressources complémentaires de 1 050 milliards et aux entreprises concernées de négocier et bénéficier de meilleures conditions pour leurs emprunts».
Selon toujours le communiqué, 25 milliards de francs seront affectés au Fonds de bonification de la Banque ouest africaine de développement (Boad) pour permettre à celle-ci d’accorder une bonification de taux d’intérêt et d’augmenter le montant des prêts concessionnels qu’elle accordera aux Etats pour le financement des dépenses urgentes d’investissement et d’équipement dans le cadre de la lutte contre la pandémie.
La Bceao a par ailleurs décidé de «rappeler et de sensibiliser les banques à l’utilisation des ressources disponibles sur le guichet spécial de refinancement des crédits accordés aux Petites et moyennes entreprises (Pme/Pmi).
Ce guichet, sans plafond, a été créé dans le cadre du dispositif mis en place par la Bceao en accord avec les banques et les Etats pour promouvoir le financement des Pme/Pmi dans l’Union, de mettre en place, avec le système bancaire, un cadre adapté pour accompagner les entreprises affectées par les conséquences de la pandémie et qui rencontrent des difficultés pour rembourser les crédits qui leur ont été accordés. La Bceao sollicitera les banques pour qu’elles accordent les reports d’échéances appropriés, en particulier aux Pme/Pmi».
L’Institut d’émission promet également «de mener des négociations avec les entreprises d’émission de monnaie électronique en vue de réduire les coûts des transactions et encourager les populations à une plus grande utilisation des moyens de paiement digitaux pour mieux limiter les contacts et les déplacements, d’approvisionner les banques en billets en quantité et en qualité suffisantes, afin de leur permettre d’assurer un fonctionnement satisfaisant des guichets automatiques de banques (Gab)». La dernière mesure consiste à «organiser, au besoin, le réaménagement du calendrier d’émission des titres publics sur le marché financier régional».
La Banque centrale réaffirme sa détermination à prendre toutes autres mesures qui s’avéreraient nécessaires, dans le cadre de sa mission, pour limiter les conséquences du Covid-19.
Les autorités de la Bceao rappellent que la pandémie «engendre de nombreuses pertes en vies humaines. Par ailleurs, elle a de graves conséquences sur l’activité économique et financière mondiale».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here