PARTAGER

L’explosion des cas du Covid-19 fait peur aux autorités du district Dakar-Ouest qui constitue l’épicentre de la pandémie à Dakar. Avec au moins 3 367 personnes contrôlées positives, la situation est en train de devenir intenable, surtout que la deuxième vague semble être plus virulente dans la zone. Face à cette situation alarmante, le médecin-chef de ce district et le Conseil municipal de Yoff invitent les populations à se réajuster avant qu’il ne soit tard, et les appellent à faire les tests.

La situation au district Dakar-Ouest est explosive. Zone la plus touchée depuis le début de la pandémie, il est noyé par la deuxième vague. Dr Abdou Karim Diop, médecin-chef du district Dakar-Ouest, ne cache pas son inquiétude : «Actuellement, nous avons beaucoup de cas Covid-19 qui sont répertoriés dans la région de Dakar, surtout que le district Dakar-Ouest, comme vous le savez, couvre quatre communes, Yoff, Ngor, Mermoz et Ouakam. A titre d’exemple, en deux mois, on a doublé nos cas. En octobre on avait 83 cas. Novembre on avait 97 cas», fait savoir Dr Diop, qui note la virulence de la deuxième vague dans on district. «Rien qu’en décembre dernier, 503 cas» ont été enregistrés dans cette zone. «C’est pour dire que la situation est un peu grave dans la zone ouest», prévient le médecin-chef du district Dakar-Ouest qui intervenait au cours d’une conférence de presse à la mairie de Yoff, en présence de l’adjoint au maire de la localité, Abdou Nar Mbengue. Au milieu de cette explosion des cas, les personnes âgées souffrent, car elles sont les plus touchées par la létalité de la maladie. Et le taux est aussi en hausse dans le district. «En un mois, notre district a répertorié 12 décès dont les 3 sont issus de la commune de Yoff. Du 1er janvier jusqu’à hier (mercredi), nous avons 514 cas dans la zone ouest. C’est dire que si la courbe ne descend pas, on va dépasser les 500 cas. Décembre, c’est le sommet. On n’a jamais atteint ce chiffre», alerte le médecin-chef qui essaie de convaincre les sceptiques sur l’existence de cette maladie, en les incitant à respecter les gestes barrières. Que faire pour inverser la courbe et minimiser les risques de contamination ? «Que tout le monde vienne se tester ! Il y a beaucoup de gens qui ont la maladie et qui ne le savent pas. Si on fait les tests, on pourra se protéger et protéger ses parents. J’invite les gens à venir quand ils ont des signes pour se faire tester. Il faut dire que le test est gratuit. Chacun doit faire son test. On ne doit pas avoir le complexe de venir faire le test», supplie le médecin qui indique qu’«on a beaucoup de cas qui n’ont pas de symptômes».
Face à la multiplication des cas, la mairie de Yoff parie sur une réponse communautaire pour essayer d’endiguer la pandémie dans cette localité, fortement frappée par la deuxième vague. C’est cette stratégie qui avait permis à contenir la propagation du virus lors de la première phase de la pandémie. «En janvier, on a eu 3 décès au niveau de la commune de Yoff. Les chiffres sont alarmants. Il faut essayer de voir comment redynamiser les comités au niveau des quartiers. C’est pourquoi nous avons appelé cette réunion pour sensibiliser da­vantage les populations par rapport à la maladie. La mairie de Yoff va distribuer des mas­ques aux populations et à l’ensemble des écoles de la commune», déclare Abdou Nar Mben­gue, adjoint au maire de Yoff.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here