PARTAGER

Une lycéenne testée positive à Vélingara

Le Covid-19 est en train de poursuivre son évolution meurtrière dans le pays. A la suite des quatre morts de ce dimanche, il a été enregistré hier 6 nouveaux décès, portant ainsi le nombre de victimes ayant succombé à cette maladie à 371.

Le coronavirus poursuit sa progression meurtrière. Après les quatre morts enregistrés ce dimanche, il a fait hier de nouvelles victimes. D’après le directeur de la Prévention, 6 malades ont succombé des suites du virus, portant ainsi le nombre de décès dus à la maladie à 371.
En fait, sur 1 404 tests effectués, 121 sont déclarés positifs hier. Il s’agit, indique Dr Ndiaye, de 52 cas contacts suivis et 69 issus de la transmission communautaire répartis entre la capitale Dakar et les localités de l’intérieur du pays.
Le porte-parole du ministère de la Santé a informé la guérison de 40 patients. Selon toujours ses révélations, 26 patients sont dans un état grave et pris en charge dans les centres de traitement. Après 9 mois de prévalence du Covid-19, le Sénégal a enregistré 17 mille 879 personnes affectées dont 16 mille 562 guéries, 371 décès et 945 malades encore sous traitement.

Nouvelle souche : les assurances de Diouf Sarr
Par ailleurs, l’apparition d’une nouvelle souche de Covid-19 soulève des inquiétudes. Et hier, lors de la réunion de crise qui s’est tenue au ministère de la Santé et de l’action sociale, la question a été évoquée.
Répondant aux interpellations, Abdoulaye Diouf Sarr dira : «Nous analysons au plan scientifique tout ce qui se passe autour de ce virus. Et si une situation mérite que le Sénégal prenne une décision, nous allons la prendre pour l’intérêt de nos populations. Je peux vous garantir que tous les moyens seront toujours disponibles en toute circonstance.»
Le ministre de la Santé a aussi déclaré que le Comité national de gestion des épidémies (Cnge) demeure l’instance stratégique de réflexion du plan de riposte contre le coronavirus au Sénégal.
Abdoulaye Diouf Sarr est aussi revenu sur la montée des cas graves et les décès. «La situation sur les cas graves est tout à fait logique, en termes de détection. On est souvent dans des situations où on arrive dans les structures sanitaires en retard et cela occasionne des décès. C’est pourquoi nous appelons les Sénégalais à la détection précoce pour que la prise en charge puisse se faire très tôt», a appelé le ministre de la Santé. Abdoulaye Diouf Sarr souligne que tous les moyens en ressources matérielles et hu­maines seront toujours disponibles pour la protection des Sénégalais contre le Covid-19.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here