PARTAGER

Alors que 120 cas positifs dont 85 issus de la transmission communautaire ont été enregistrés hier, les patients admis en réanimation et décédés ne connaissent pas un reflux. A l’évidence, le début de cette deuxième vague est tétanisant et devrait inciter les acteurs à renforcer la surveillance épidémiologique.

Chaque matin, il faut faire de l’arithmétique pour mesurer la courbe de la pandémie. Cette nouvelle vague des cas positifs continue sa montée en puissance. Hier, sur 1279 tests réalisés, 120 sont revenus positifs, soit un taux de positivité de 9,38%. Il s’agit de 85 cas issus de la transmission communautaire et 35 contacts sous surveillance médicale.
Point positif du point du jour de ce mercredi, aucun cas importé n’a été enregistré dans les dernières 24 heures. En outre, 106 patients hospitalisés ont été contrôlés négatifs, donc déclarés guéris. 23 cas graves sont internés dans les services de réanimation ce mardi alors que 2 décès ont été déplorés le même jour.

Hausse de 141,1% de cas
Cette situation a été répertoriée dans le rapport sur la situation de la riposte du Covid-19 publié par le ministère de la Santé et de l’action sociale. Si les 14 régions du Sénégal sont touchées, Dakar reste toujours une zone rouge avec un taux d’occupation des lits taux, qui est de 71,9 % à Dakar contre 6,5 % dans les autres régions la semaine dernière. Ces chiffres sont confirmés par le cumul confirmés la semaine du 7 décembre (464 contre 192 la semaine d’avant). Soit une hausse de 141,6 %. A la même période, le taux d’attaque (Ta) est monté à 2,7 cas pour 100 mille habitants contre 0,8).
Mais aussi 73 districts sanitaires ont enregistré un cas au moins, soit une proportion de 92% (73/79). D’après le document, l’âge moyen des personnes décédées est de 68 ans avec un minimum à 19 ans et un maximum à 95 ans. Ainsi, la tranche d’âge 20-39 ans est la plus touchée et le ratio homme/femme est de 1,44, et l’âge moyen des cas est de 41 ans avec des extrêmes allant de 0 à 101 ans. Face à la montée des cas, les autorités sanitaires ont procédé à la réouverture progressive de certains Ctepi de la région de Dakar, à l’élaboration de nouvelles stratégies Pci adaptées au contexte actuel de la pandémie, à la poursuite des activités de désinfec­tion/dé­con­tamination des domiciles des cas et des corps sans vie, à l’encadrement des activités d’inhumation des décès Covid. Evidemment, la courbe n’a pas encore chuté avec une hausse des cas positifs et admis en réanimation et des décès.

Renforcement des mesures restrictives
Face à cette situation très anxiogène, le Président Sall a demandé au gouvernement «l’impératif d’adopter de nouvelles mesures sécuritaires et sanitaires afin de limiter la propagation actuelle de la pandémie du Covid-19». Sans donner plus de détails, cela veut dire que de nouvelles mesures restrictives devraient entrer en vigueur dans un contexte où la grogne gagne les milieux culturel et sportif. Alors que le port du masque est déjà obligatoire et les lieux de rassemblement interdits.
En Conseil des ministres, Macky Sall a donné des instructions au ministre de la Santé et de l’action sociale de réactiver les Centres de traitement des épidémies (Cte) et surtout de remobiliser et motiver davantage les personnels de santé et de renforcer les services d’urgence et de réanimation dans les hôpitaux.
A la date d’hier, le Sénégal compte officiellement 17 mille 336 cas positifs dont 16 mille 349 guéris, 352 décès et 634 sous traitement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here