PARTAGER

Les autorités veulent en finir avec les cas importés. Hier, le ministre de la Santé et de l’action sociale a fait savoir que des changements seront apportés à la circulaire du 13 octobre dernier. Celle-ci exigeait aux passagers entrant au Sénégal un test Rt-Pcr Covid-19 négatif de moins de 7 jours et devait entrer en vigueur le 1er novembre prochain. Mais vu l’urgence de mettre fin à l’importation des cas, Abdoulaye Diouf Sarr et son collègue des Transports aériens ont décidé de rendre immédiate son application et de ramener la durée de validité du test à 5 jours.

L’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) de Diass est devenu une porte d’entrée qu’il faut refermer pour éviter une deuxième vague au Sénégal. Pour trouver une solution à la hausse des cas importés, les autorités ne vont finalement pas attendre le 1er novembre pour l’entrée en vigueur de la circulaire du 13 octobre dernier exigeant aux passagers entrant un test Rt-Pcr Covid-19 de moins de 7 jours. Le ministre de la Santé et de l’action sociale, qui est revenu hier sur les nouvelles mesures, renseigne que lui et son collègue des Transports aériens «prendront les dispositions idoines afin que ladite circulaire soit d’application immédiate et permettre ainsi de mettre fin à l’importation de cas de Covid-19». Dans la même veine, Abdoulaye Diouf Sarr informe que «la durée de validité du test Rt-Pcr Covid-19 qui est actuellement fixée à sept jours sera ramenée à cinq jours». Lors de son intervention, le ministre de la Santé a expliqué les raisons de ce changement. D’après lui, la mesure prise pour préciser les conditions sanitaires d’embarquement des passagers à destination du Sénégal «n’a pas permis à la situation d’évoluer favorablement à l’entrée aux frontières aériennes».
Ces réajustements interviennent alors qu’on note une recrudescence des cas importés de Covid-19. Selon le ministre de la Santé, «sur la période allant du 1er au 19 octobre 2020, 91 cas importés ont été enregistrés». Le tableau a évolué ces deux derniers jours avec «25 cas importés notés sur les 41 cas positifs, soit un taux de 61%». Cette situation, précise le ministre de la Santé et de l’action sociale, interpelle principalement les voyageurs et les compagnies qui les transportent. Depuis un peu plus d’un mois, il est noté une baisse drastique du nombre de cas. D’ailleurs en fin septembre, il a été noté une baisse de 50% des nouveaux cas. Une tendance qui s’est poursuivie durant le mois d’octobre, amenant même les autorités à lever certaines restrictions avec la réouverture des salles de spectacle fermées depuis mars. Seulement, la tache noire dans cette maîtrise de la pandémie est le retour en force des cas importés. Reste à savoir si, avec le relâchement noté et le retour des cas importés, les autorités sanitaires trouveront des solutions pour ne pas connaître une nouvelle vague.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here