PARTAGER
Abdoulaye Diouf Sarr, ministre de la Santé

En testant moins de personnes hier, le pays a enregistré 37 cas positifs au coronavirus, contrairement aux jours précédents. Pour l’instant, il est difficile de se forger une opinion sur le niveau réel de pénétration de la maladie dans ce pays, où le relâchement est total depuis la levée des mesures restrictives. Car les autorités médicales ont décidé de tout confiner dans les Centres de traitement des épidémies.

C’est très simple : Moins de tests, moins de cas. On ne sait pas par quel bout prendre les résultats virologiques partagés par le ministère de la Santé et l’action qui ne compte pas remettre en cause sa stratégie. Sur 369 tests réalisés, seuls 37 sont revenus positifs, à savoir 27 cas suivis par les services du ministère de la Santé et de l’action sociale, 9 issus de la transmission communautaire répartis entre Guédiawaye (2), Touba (2), Bambilor, Sicap Foire, Mamelles, Diamniadio, Thiès et 1 cas importé recensé dans la région de Saint-Louis. Cette semaine, il a été enregistré 750 nouveaux cas contre 720 dans ce pays, pris dans la fièvre des préparatifs de l’Eid el-kabir avec des marchés et des foirails bondés sans mesures préventives ; d’où cette résurgence de cas communautaires ces derniers jours.
Il faut aussi relever l’augmentation du nombre de décès. Selon le directeur de la Prévention, 4 patients sont décédés des suites du coronavirus ce lundi, portant ainsi à 174 le nombre de patients ayant perdu la vie à cause de la pandémie. Comme durant les derniers jours, les détails sur les cas de décès sont ensevelis dans un secret absolu, car le ministère n’indique plus leur sexe, leurs antécédents médicaux et leur âge.
Par ailleurs, 42 malades sont sortis des centres de traitement des épidémies alors que 40 autres sont en réanimation, continuant à montrer la gravité du moment.
Aujourd’hui, le ministère de la Santé et de l’action sociale a décidé d’opter «pour le renforcement du système de surveillance au niveau des points d’entrée en prélude de la Tabaski, en collaboration avec le secteur de l’élevage». En outre, le Comité national de gestion des épidémies (Cnge) a validé lundi «la procédure opérationnelle normalisée de sécurité sanitaire pour l’opération Tabaski» pour éviter de nouvelles contaminations. Sans plus de détails. Il devient de plus en plus difficile de lire la courbe épidémiologique avec l’opacité qui entoure la stratégie mise en place par le Comité national de gestion des épidémies.
Depuis l’apparition de la pandémie dans notre pays le 2 mars dernier, 8 985 Sénégalais ont contracté la maladie du coronavirus, 6 044 en sont guéris, 174 décédés et 2 766 encore sous traitement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here