PARTAGER

L’annonce d’une efficacité à 90 % de son vaccin contre le Covid-19 par le laboratoire américain, Pfizer, a suscité un élan d’espoir mondial. Les estimations actuelles font état de premières vaccinations qui pourraient commencer au tout 1er trimestre de l’année prochaine, selon le Coordinateur du programme sur les maladies évitables par la vaccination, Dr Richard Mihigo. Ce dernier suppose qu’en ce qui concerne l’Afrique, il pourrait être disponible au second trimestre potentiellement de 2021. Mais dit-il, tout ça reste encore à valider en fonction des résultats finaux qui seront issus des essais cliniques et de l’homologation finale du vaccin. Il participait hier à un point de presse virtuel du Bureau de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) pour l’Afrique. Il était sur l’Impact du Covid-19 en Afrique. «A la date d’aujourd’hui, nous avons des centaines de candidats vaccins qui sont en phase préclinique de développement. Parmi ces candidats vaccins, une quarantaine (42) sont déjà entrés en phase d’essai clinique, et parmi ces vaccins qui sont déjà en phase d’essai clinique, 10 sont entrés dans la dernière phase qu’on appelle la phase 3 d’essai clinique. Donc il y a des raisons d’espérer que d’ici quelques mois, nous pourrons effectivement avoir un vaccin qui pourrait être mis sur le marché», a déclaré Dr Mihigo.
Selon les experts de l’Organisation mondiale de la santé, cette dernière va engager une campagne de sensibilisation, d’adhérence à la vaccination. Et pour ce faire, elle compte travailler avec les communautés, les ministères de la santé, les organisations de la Société civile, les Ong pour vacciner le moment venu «rapidement» les populations qui en ont besoin.
En outre, Dr Jean-Marie Dangou a rapporté qu’«au mois de septembre en République démocratique du Congo, 85% de malades du Covid-19 décès étaient des personnes qui vivaient avec des maladies non transmissibles. Et le chiffre qui a été avancé par ce pays pour le diabète était de 30% des décès de patients Covid-19».
Le coordinateur du programme de gestion des maladies non-transmissibles d’ajouter : «Avant l’évènement du Covid-19, plus précisément en 2018, on décombrait dans la région africaine, près de 16 millions de personnes vivant avec le diabète, malheureusement 312 mille en ont perdu la vie en 2018. Le diabète fait partie des principales comorbidités liées au Covid 19. Dans une évaluation récente menée par l’Oms, avril-mai 2020, les résultats ont montré que dans 41 pays de la région, les services de prévention et de gestion du diabète et des autres maladies non transmissibles ont été soit entièrement fermés, soit offerts à une échelle réduite.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here