PARTAGER

La situation épidémiologique devient alarmante à Louga, qui en est à 27 cas positifs au coronavirus. Une situation qui a poussé les autorités à implanter sur place un centre de traitement alors que les malades étaient référés au début à Saint-Louis, qui en est à 4 malades. C’est le nouveau foyer d’infection, après la capitale.

Que dire ? C’est juste une situation insaisissable propre au coronavirus. Après les deux cas enregistrés lundi qui avaient plongé les Sénégalais dans un certain optimisme, les données d’hier sont venues rappeler que l’équilibre est fragile, car le Sénégal a enregistré 8 nouveaux malades sur 272 tests réalisés. Parmi eux, 6 sont issus, selon le ministère de la Santé et de l’action sociale, des contacts suivis et 2 par voie communautaire. A ce jour, le pays compte 299 cas déclarés positifs dont 183 guéris, 2 décès, une évacuation et 113 sous traitement. D’après la directrice de la Santé qui fait le point sur la situation du jour pour la première fois, 113 cas sont présentement sous traitement dans les différents hôpitaux du pays.

Deuxième foyer après Dakar
Aujourd’hui, la cartographie de la maladie montre le dynamisme du virus. Louga a délogé Touba de la deuxième place des villes les plus touchées par la maladie. Jusqu’ici deuxième foyer le plus frappé, la ville sainte a libéré hier son dernier patient positif au Covid-19. Alors que Dakar est l’épicentre de la malade (195 cas), le district de Louga en est à 27 personnes sous traitement. Référés au centre de traitement de Saint-Louis, les malades désormais resteront dans la capitale du Ndiambour pour leur suivi médical. «Normalement, on doit pouvoir recevoir nos premier cas. Nous sommes même dans la perspective de faire une extension pour avoir un total de 53 lits. Mais pour le moment, nous allons fonctionner avec les 10 lits qui sont à notre disposition. D’un autre côté, cela nous permet de rompre le plus rapidement la chaîne de transmission parce qu’une personne symptomatique est moins contagieuse que celle qui commence à présenter des signes», avance le médecin-chef de la région de Louga.
Il va bénéficier de l’expertise de 7 spécialistes, dépêchés par l’Organisation mondiale de la santé (Oms) et l’Etat du Sénégal, pressés d’arrêter la progression de la maladie. «Aujourd’hui, nous pouvons dire qu’on peut avoir espoir au niveau de la région concernant la maîtrise de la situation», a signalé le médecin-chef de région, Cheikh Sadibou Senghor.
C’est une question d’urgence à cause de la flambée des contaminations, qui est une équation que tentent de résoudre les personnes en charge de la lutte contre le Covid-19. Avec 26 cas communautaires à l’échelle nationale, dont la plupart sont issus de quartiers populaires comme Ouakam, Gueule Tapée entre autres ou des villes assez peuplées comme Thiès, Louga, Touba, les autorités médicales essaient de trouver la meilleure prescription pour tenter de contenir la propagation du virus qui emporte tout sur son passage. Comme un tsunami soufflant sur la planète, il souffle sur la planète qui vacille.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here