PARTAGER

Arrivés hier à Aibd, quelque 200 passagers ont été bloqués à l’aéroport pendant plus de 8 h avant d’être transférés dans des réceptifs hôteliers à Saly où ils ont été placés en quarantaine. Ils sont atterrés par cette situation alors qu’ils pensaient rejoindre leur domicile pour s’y confiner à l’image des voyageurs revenus aussi de Paris samedi.

Libérés de plus de deux mois de confinement en France, ils espéraient baigner dans la chaleur familiale à Dakar. Arrivés hier vers 15 heures à l’Aéroport Blaise de Diagne de Dakar à bord d’Air Sénégal, les Sénégalais rapatriés de France sont retombés dans une triste ambiance, qui a dissipé leur enthousiasme débordant de retrouver leur terre natale. Quelque 200 passagers ont été bloqués sur place alors qu’ils espéraient regagner leur domicile, après avoir été soumis à des tests. Cette situation exaspère certains qui ne cachent pas leur incompréhension et amertume : «nous sommes restés là sans interlocuteurs. Personne ne nous a dit ce qui se passe. Il y a parmi nous des gens qui ont jeûné, mais ils n’ont même pas pu rompre le jeûne. Nous sommes au moins 200 dans cette situation et non à 150», raconte un passager joint par Le Quotidien. Après plus de 8 h d’attente dans les couloirs de l’aéroport, ils ont été embarqués dans des bus pour être acheminés à Saly pour leur placement en quarantaine comme le veut le protocole médical. «On ne nous avait jamais parlé d’un éventuel confinement ailleurs. De toute façon, avec cette confusion, personne ne sait où donner de la tête», raconte-t-on dans les rangs des voyageurs, «affligés par ce traitement».

Confinement à Saly
Dans les rangs de ces «rapatriés», on a du mal à comprendre ces «louvoiements» surtout que les autorités avaient décidé de suspendre les quarantaines systématiques dans les réceptifs hôteliers. Il faut savoir que les passagers arrivés samedi sont tranquillement rentrés chez eux après avoir été soumis aux tests de température.
En tout cas, les autorités aéroportuaires n’ont donné aucune explication malgré les nombreuses tentatives pour avoir des éclaircissements sur les tenants et aboutissants de cette affaire. Cette tergiversation a même troublé le personnel médical en poste à Aibd, qui ne s’attendait pas à se retrouver à gérer ces cas. «C’est ça qui a jeté le trouble dans les rangs des passagers, qui sont restés très longtemps sans être éclairés. Leur confinement n’était pas du tout prévu», reconnait un agent de l’aéroport troublé aussi par cette «volte-face» du Msas.
Bien sûr, le changement de stratégie opéré la semaine dernière par le ministère de la Santé et de l’action sociale prévoyait une gestion moins contraignante de ces cas même s’ils reviennent de pays où sévit la maladie. Face à la flambée des malades, le Msas avait annoncé que «la décision a été prise de revenir à notre stratégie initiale qui était de faire un screening de tous les voyageurs à l’entrée». Dans ce cas, il avait annoncé que «toute personne suspecte sera isolée, prélevée en attendant son résultat». Si «cette personne est positive, elle va être transférée dans un centre de traitement». Alors que «les autres passagers qui arrivent au Sénégal et qui ne présentent aucun signe, devront rentrer chez eux et se mettre en quarantaine dans leur domicile pendant 14 jours».

Arrivée du premier corps hier
Il faut savoir que cette opération de rapatriement a été débutée depuis samedi pour répondre à l’appel de détresse des Sénégalais bloqués en France depuis la survenue de la pandémie du Covdi-19, qui a obligé plusieurs pays à fermer leurs frontières. En plus, le premier corps d’un cas de décès lié au virus est aussi arrivé hier à Aibd. Il sera suivi de 17 autres dépouilles samedi prochain. Ce qui matérialise la levée de l’interdiction de rapatrier les Sénégalais décédés de cette maladie prise en même que l’assouplissement des mesures restrictives liées à la lutte contre la propagation du virus au Sénégal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here