PARTAGER

Le Conseil départemental de Rufisque fait dans l’anticipation pour ne pas voir ses communes devenir un simple ghetto à côté du pôle urbain de Diamniadio. «Le département de Rufisque est en train d’être délaissé. Les collectivités locales ne bénéficient d’aucune retombée du pôle urbain de Diamniadio. Si les investissements sont concentrés au pôle urbain de Diamniadio alors que les communes sont laissées en rade, ces communes risquent de devenir un ghetto», a déploré mercredi Souleymane Ndoye, le président du Conseil départemental, exhortant aussi à une cohérence «des investissements parallèles» pour assurer l’équilibre du département. C’est dans cette volonté que s’inscrit le Plan de développement départemental (Pdd) 2017-2022, dont l’atelier de restitution finale s’est tenu à la mairie de la ville.
Présente à la cérémonie, Yacine Tine, technicienne à l’Agence régionale de développement (Ard), d’évaluer «ce plan directeur qui vise à assurer un développement harmonieux au département de Rufisque à 26 milliards 233 millions de francs Cfa». «Il s’agit d’un diagnostic global de tous les manquements dans les communes que l’Ard a fait en allant à la base pour interroger les principaux acteurs», a-t-elle fait savoir en parlant de ce plan quinquennal censé mettre à niveau les communes du département. La technicienne a aussi exhorté les communes du département à s’investir pour assurer le développement espéré. Les deux orateurs n’ont cependant pas explicité dans leurs déclarations les montages qui vont permettre d’obtenir le montant calé pour dérouler le Pdd. «Le développement économique local avec 2 milliards 297 millions de francs et l’agriculture dont les investissements sont calés à 1 milliard 442 millions», tels que affirmé par la présentatrice du rapport final, constituent les deux axes les plus importants en termes financiers du Pdd, lancé officiellement en janvier 2016.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here