PARTAGER

C’est une nouvelle prise des éléments de la Cellule aéroportuaire anti-trafic (Caat), qui a arrêté un ressortissant chinois à l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) le 9 avril. C’est la deuxième arrestation qu’elle a réussie après celle d’une autre Chinoise il y a un mois pour les mêmes faits de trafic d’ivoire d’éléphant. Cette dernière a vite recouvré la liberté après 30 jours de prison à la veille de son jugement au Tgi de Mbour, grâce à une transaction financière régulière avec la Defc de sa représentation diplomatique.
Cette découverte n’était pas évidente. Car, elle avait dissimulé dans ses valises 27 pièces d’ ivoire d’éléphant fraîchement sculptées et astucieusement dissimulées dans des sachets et pots de café et de lait en poudre, ainsi que 11 bijoux sculptés en bois d’ébène, un bois précieux qui, comme l’ivoire, «bénéficie d’un statut maximal et total de protection au Sénégal et dont le commerce illégal est lui aussi fortement sanctionné depuis janvier 2019 à travers la mise en application du nouveau Code forestier».
Il faut savoir qu’elle a été placée en garde à vue au Commissariat spécial de l’aéroport pour le compte de la Defc et de la Caat, pour des faits de circulation, détention et  exportation illégale  d’ivoire d’éléphant et de bois d’ébène,  pour une valeur estimée à  1 million de francs Cfa. On a appris que cela lui aurait rapporté le triple une fois à destination de l’Asie,  puisque le prix de l’ivoire peut monter jusqu’à 2500$ le kilo sur le marché illégal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here