PARTAGER

Les mouvements d’humeur, ni non plus les engagements de l’Etat, n’ont encore vu le démarrage d’un quelconque changement positif dans la gestion de l’Agence de presse sénégalaise ; d’où la volonté des agents de monter à l’étape supérieure pour espérer voir les choses bouger.

Malgré le sit-in qu’ils ont tenu jeudi dernier à la Maison de la presse, les agents de l’Agence de presse sénégalaise (Aps) n’ont toujours pas obtenu gain de cause pour ce qui concerne leurs revendications. Aussi, lors de l’Assem­blée générale d’évaluation que la section Synpics de l’Aps a tenue hier à son siège, il a été décidé qu’un préavis de grève sera déposé ce jeudi 25 janvier. En atten­dant, la branche syndicale de l’Aps a décidé de maintenir «le service minimum jusqu’à mercredi mi­nuit», selon les termes du communiqué publié hier par Bamba Kassé, le secrétaire général du Synpics-section Aps. Selon ce document, cette décision de poursuivre le service minimum est conséquente à la prise en charge de la question de la survie de l’Aps par le Président Macky Sall qui, lors du Conseil des ministres du 18 janvier dernier, a pris une décision «salutaire» consistant à demander au gouvernement d’accélérer le processus de modernisation de l’Aps.
A ce titre, M. Kassé a rappelé qu’«une modernisation de l’Aps ne peut signifier qu’une restructuration de l’Agence. Ce qui veut dire un changement du statut administratif et par conséquent, une dotation régulière et conséquente de moyens financiers au même titre que les autres médias publics».
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here