PARTAGER

Le licenciement de Fatou Ly Sall, plus connue sous le nom Croquette, est en train de prendre les allures d’un feuilleton. Apres les dénonciations des syndicats de la maison, l’heure est venue de régler les comptes devant les tribunaux. En effet, les deux syndicats de la maison, le Synpics et le Syndicat des travailleurs libres du Soleil, affilié à la Cnts/Fc, vont déposer deux plaintes contre le Directeur général de la Sspp Le Soleil. «La première pour menaces de mort, entrave à la liberté du travail, intimidations et harcèlement moral sur ses membres et la deuxième pour des faits de mauvaise gestion, abus de bien sociaux et conflits d’intérêts», informent-ils dans un communiqué de presse. Cette plainte des syndicalistes intervient deux jours après que le directeur de publication du quotidien gouvernemental a annoncé une plainte contre le Secrétaire général de la section Synpics du Soleil, Maguette Ndong. Dans cette plainte, Yakham Mbaye accuse le journaliste de «falsification des faits  portés sur la place publique dans le seul but de dresser l’opinion publique contre lui». Aujourd’hui, ce sont les deux syndicats de la maison qui se sont ligués pour constituer un pool d’avocats et porter plainte à leur tour contre le Dg. Au-delà de ces plaintes, les deux syndicats de la maison demandent «l’annulation immédiate du énième licenciement abusif (le 7e en deux ans) de Mme Croquette, l’arrêt immédiat des dérives contre tous ceux qui refusent de lui faire des courbettes et le respect du cadre légal et réglementaire du quotidien national Le Soleil».
Dans le communiqué conjoint que les deux syndicats ont signé, ils accusent le Dg du Soleil. «Yakham Mbaye a, lors d’une réunion publique, mardi dernier, proféré des menaces de mort directes à l’endroit des membres du Synpics et du Stls. D’ailleurs, un des syndicalistes, membre du Stls, a reçu sur son téléphone ces menaces de mort par sms. Des messages constatés par voie d’huissier et qui ont été transférés aux autorités judiciaires compétentes», informe le communiqué. Les deux syndicats accusent aussi le Dg du Soleil d’avoir instauré «un système d’emplois fictifs» et de faire «imprimer son journal Libération dans notre unité d’impression Gra­fisol, sans bons de commande».
Depuis la semaine dernière, le feuilleton du licenciement de Mme Croquette ne cesse de connaître des rebondissements. Licenciée pour faute lourde, tout serait parti, selon la version qu’elle a donnée à la presse, d’un éternuement dans les locaux du journal. De quoi alimenter des suspicions sur sa positivité au coronavirus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here