PARTAGER

Le Président sénégalais milite fermement pour le retour de la paix dans le Golfe persique. Hier, au sortir de son audience avec le Président français, Emmanuel Macron, Macky Sall qui déclare avoir rappelé l’ambassadeur du Sénégal au Qatar «par solidarité» à l’endroit de l’Arabie Saoudite a appelé à la désescalade. Par ail­leurs, il estime que l’Afri­que ne doit pas être «le ventre mou» de la lutte contre le terrorisme.

A l’Elysée hier, le chef de l’Etat sénégalais s’est exprimé sur la crise qui oppose le Qatar à l’Arabie Saoudite et d’autres pays voisins de cet émirat du Golfe arabo-persique. Le Président Macky Sall a soutenu avoir agi «par solidarité» à l’égard du royaume wahhabite en rappelant l’ambassadeur du Sénégal à Doha. Le Président sénégalais qui rappelle que le «Qatar est un pays ami du Sénégal» ne semble pas prêt à aller au-delà de la mesure de rappel du représentant diplomatique de son pays à Doha.

Il appuie les offres de médiation de Condé et du Koweït
Militant pour un règlement de la crise diplomatique qui secoue le Golfe persique, Macky Sall n’a pas manqué de saluer l’offre de médiation du Koweït. Ce qui le pousse à affirmer au sortir de son audience avec son homologue français : «Nous soutenons cette initiative pour arriver à une désescalade et à une paix retrouvée entre pays partenaires. Nous appelons toutes les parties à travailler dans la perspective d’une solution négociée qui sera dans l’intérêt de la Oumah islamique. Pour cela, nous espérons qu’il y aura une désescalade, surtout avec ce mois de ramadan.»
Le chef de l’Etat sénégalais affiche la même position à propos de l’initiative prise par le Président guinéen, Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine (Ua), invitant aussi les deux parties au dialogue.

Pour que l’Afrique ne soit pas «le ventre mou» de la lutte contre le terrorisme
La lutte contre le terrorisme et le réchauffement climatique ont aussi été abordés lors des échanges entre Macky Sall et Em­manuel Macron. De même que le développement et les partenariats économiques entre leurs deux pays. (Voir page 11).
Evoquant la lutte contre le terrorisme, le Président Macky Sall a dit toute sa détermination à tout faire pour que l’Afrique ne soit pas «le ventre mou» de la lutte contre le terrorisme. «La sécurité du Sahel, c’est aussi la sécurité de l’Europe, vous l’avez compris et c’est très important», précise le premier des Sénégalais dont le pays a déployé plus de 4 mille soldats dans la bande sahélo-saharienne. Insistant sur la nécessité de combattre le terrorisme, le Président Macky Sall a aussi salué le rôle joué par son pays hôte dans la lutte contre ce fléau. Une lutte dans laquelle Dakar n’est pas en reste, puisqu’elle s’y est largement engagée et œuvre pour la recherche de la paix.
Le chef de l’Etat sénégalais, abordant les questions climatiques, indique que le continent noir, une victime de la pollution, demeure aux côtes de la France pour défendre l’Accord de Paris sur le climat signé lors de la Cop21 en décembre 2015. Une fenêtre que ne fermera pas le Président Emmanuel Macron qui soutient que son pays et le Sénégal sont attachés à cet accord, mais aussi au renforcement des secteurs de l’éducation et de la formation.
Par ailleurs, le chef de l’Etat français est d’avis qu’il y a vraiment lieu d’œuvrer à une stabilisation de la Guinée-Bissau, un pays voisin du Sénégal, caractérisé par une crise politique qui n’a pas encore connu de dénouement.
mdiatta@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here