PARTAGER

La crise post-électorale en Guinée est si préoccupante qu’elle pourrait avoir des répercussions au Sénégal. C’est l’alerte lancée par Nouha Badji, parrain de la finale d’un tournoi de football organisé par la jeunesse d’Agnak dont il est natif. De façon générale, la situation qui prévaut actuellement dans la sous-région, notamment en Guinée et en Côte d’Ivoire, présage des risques de déstabilisation de tous les pays limitrophes, y compris le Sénégal. Le président du mouvement citoyen pour le développement Watoo Sita croit que toutes les violences dans ce pays sont le fait non pas de la victoire de Condé, mais de son entêtement à faire un 3ème mandat. Ce qui est, note-t-il, «inquiétant, ahurissant et condamnable». Il considère d’ailleurs que chacun doit se prononcer sur cette «montée du péril» du 3ème mandat. «L’Afrique ne doit plus voir ses fils mourir pour des ambitions pouvoiristes», fulmine Nouha Badji. C’est pourquoi il invite le Président Macky Sall à clarifier ses intentions en 20204. «Le ‘’ni oui ni non’’ du Président Macky Sall sur a question du 3ème mandat est loin d’être rassurant. Il faut rassurer le Peuple pour ne pas créer les conditions d’une guerre civile. Macky Sall doit aujourd’hui se prononcer clairement et courageusement et dire à l’opinion nationale et internationale qu’il ne sera pas candidat pour un 3ème mandat», a dit M. Badji. Qui estime que c’est seulement de la sorte qu’il va «apaiser les esprits et le pays». Selon lui, tous ces problèmes que les pays de la sous-région sont en train de vivre ne sont pas dus à des élections irrégulières, mais plutôt à la question du 3ème mandat. «Et le 3ème mandat, l’Afrique n’en veut plus, la jeunesse africaine n’en veut plus, tout comme le Sénégal n’en veut plus», insiste-t-il.
L’ex-responsable du Rds/Tds de Robert Sagna brandit son propre exemple en tant qu’élu municipal d’Adéane, «le seul qui a démissionné au terme de l’expiration du mandat des élus». Une manière de donner un signal fort. «Etant contre un 3ème mandat et mon mandat arrivant à terme, je me dois de rendre la souveraineté au Peuple en attendant une prochaine échéance électorale pour solliciter à nouveau le suffrage du Peuple», justifie-t-il. Nouha Badji promet d’ailleurs de réitérer son engagement contre le 3ème mandat le 2 novembre prochain à travers une marche pour rappeler à Macky sall qu’il faut aller rapidement dans le sens de l’organisation des élections locales.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here