PARTAGER

Le monde du cinéma africain est en deuil. Le critique et enseignant burkinabè Clément Tapsoba est mort ce 23 avril dans son pays. Membre fondateur de la Fédération africaine des critiques de cinéma (Facc), M. Tapsoba est un ancien du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti).

Le journaliste et critique de cinéma burkinabè, Clément Tapsoba, ancien président de la Fédération africaine de critique cinématographique (Facc), est décédé jeudi à Ouagadougou des suites d’une maladie, a appris l’Aps de ses proches. Les témoignages ont afflué sur les réseaux sociaux à l’annonce du rappel à Dieu de Tapsoba, membre fondateur de la Facc (2004). D’aucuns saluant par exemple son grand apport dans la formation de jeunes journalistes et critiques de cinéma africain. «Clément Tapsoba, référence critique», écrit le journaliste Aboubacar Demba Cissokho. «Clément Tapsoba, monsieur cinéma», renchérit la critique franco-burkinabè Claire Diao. «Ses critiques (ont été) parfois sans détour, à l’encontre du regard occidental sur le cinéma africain. Il est l’un des bâtisseurs de la Facc», se rappelle le Togolais Dieudonné. «Une grande voix du cinéma africain est partie. Un critique du cinéma africain qui a énormément apporté au cinéma burkinabè, au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou et au cinéma africain», témoigne à son tour le cinéaste Boukary Sawadogo, enseignant chercheur en cinéma aux Usa.
Clément Tapsoba, ancien diplômé du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (1981), s’était spécialisé dans l’écriture de scénario. Il a été entre 1991 et 1999 rédacteur en chef du magazine panafricain de cinéma et de la télévision Ecrans d’Afrique aux côtés d’autres journalistes comme le Sénégalais Baba Diop. Il a aussi été conseillé au Fespaco, directeur de la communication et des programmes de la Fepaci (Fédération panafricaine des cinéastes) et enseignant dans plusieurs écoles de cinéma.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here