PARTAGER

Depuis son inauguration le 7 décembre dernier, l’Aibd fait l’objet de nombreuses critiques. L’Alliance des forces de progrès se fait l’avocat de cette nouvelle infrastructure. A l’issue de la réunion du Secrétariat politique exécutif (Spe) hier, Penda Ndiaye Cissé a déclaré que «cet­te infrastructure stratégique et structurante doit être (plutôt) une source de fierté pour tous les patriotes qui mettent en avant l’intérêt général en se délestant d’une misérable querelle qui convoque des ego en porte-à-faux avec l’évolution inéluctable de l’histoire, em­preinte de la souveraineté populaire». Si la porte-parole adjointe des Progressistes n’a pas occulté les difficultés auxquelles l’Aibd a fait face comme la grève des aiguilleurs, elle soutient en revanche «qu’aucune œuvre humaine n’est parfaite et qu’il est possible de surmonter les quelques dysfonctionnements notés». Mme Cissé a ainsi balayé d’un revers de la main l’argument de «l’empressement» dans l’inauguration de l’aéroport.
L’Afp se réjouit par ailleurs que son leader, Moustapha Nias­se, qui présidait le Spe, dirige avec «maestria» l’Assemblée nationale et assure la «stabilité de l’institution à travers la maîtrise du Règlement intérieur qui régit son fonctionnement». Ce parti allié de l’Apr annonce également la tenue de son prochain congrès dans le dernier trimestre de 2018. «Le prochain Con­grès constituera en fait une nouvelle étape de l’Afp dans sa décision d’assumer ses missions historiques au service d’un idéal impérissable, condensé de va­leurs qui se conjuguent avec une volonté constante de se mettre au service de l’intérêt général», a dit Penda Ndiaye Cissé.
Sans doute, ce sera l’occasion de confirmer que l’Afp aura pour candidat le Président Macky Sall, comme l’avait déjà indiqué Moustapha Niasse dans la Déclaration du 10 mars 2014. Celle qui a scellé la fin de son compagnonnage avec son numéro 2 d’alors, Malick Gakou.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here