PARTAGER

1 million de manifestants. Y en a marre ne l’a pas eu hier, mais a tout de même fortement mobilisé à la Place de l’Obélis­que. Pour Fadel Barro et Cie, «le chiffre n’est pas important». Mais sans doute, le pouvoir sautera là sur un os à communiquer. Le rassemblement a été aussi celui de l’opposition qui s’est fait remarquer par des pancartes et des slogans contre le régime. Un concert de condamnations de la gestion de Macky Sall à la Place de la Nation.

«Non à l’injustice !» C’est en résumé le message du rassemblement de Y en a marre hier, à la Place de la Nation (ex-Obélisque). Même si leur objectif était de réunir 1 million de personnes, les camarades de Fadel Barro restent convaincus que «le chiffre n’est pas important». Ce qui l’est, pour eux, c’est «de savoir qu’il y a des gens véridiques qui sont prêts à engager le combat pour une justice équitable». Refusant toute tentative de récupération,  Malal Talla alias «Fou Malade» a voulu d’emblée clarifier les choses avec les politiques. «Baissez vos pancartes, on n’est pas dans un meeting politique !», a-t-il, poliment, demandé aux sympathisants de Bamba Fall venus «demander la libération du maire de la Médina». Parce qu’en fait chacun avait un message à livrer. Composé majoritairement de jeunes, le public a répondu à l’appel en respectant le code vestimentaire. Des pancartes réclamant une amélioration des conditions de vie étaient visibles.

Tribune de l’opposition
Les politiques se sont fondus dans la masse sans pour autant trop attirer l’attention sur eux. Des responsables de Manko wattu senegaal, des soutiens de Khalifa Sall ou encore de Bamba Fall en ont fait une tribune pour exiger la libération de leurs mentors respectifs. Mais les jeunes d’And ak khalifa, de Bokk gis gis, du Pds et de Rewmi, entre autres, étaient aussi bien visibles. Pour un lieu qui devait recevoir 1 million de personnes, il y avait trop d’espace à la Place de la Nation. Barthélemy Dias a préféré lui se mettre au milieu de la foule, contrairement à Habib Sy, Cheikh Guèye, Babacar Gaye, Ousmane Sonko, Mamadou Sy Tounkara et Thierno Bocoum. Pour autant, si le mot d’ordre de s’habiller en noir a été plus ou moins respecté, on ne peut pas en dire autant sur l’objectif qui était de réunir 1 million de personnes. «Fou Malade» invite à se dresser en une foule compacte. Celle qui va davantage noircir la place mythique et le tableau du bilan de Macky Sall.
De ce rassemblement, l’on retiendra qu’il ne faut jamais dire «jamais». En effet, après avoir, en partie, précipité la chute du régime de Wade par une série de manifestations sévèrement réprimées par la police, Y en a marre est aujourd’hui «soutenu par le Pds». Le coordonnateur du mouvement, qui appelle les jeunes à aller s’inscrire sur les listes, estime que «le combat, c’est la jeunesse qui doit le mener». M. Barro de rappeler : «Macky doit se regarder dans la glace. On a combattu Wade, et aujourd’hui le Pds nous soutient.» Petit clin d’œil politique. «Le candidat du Pds, Karim Wade, soutient Y en a marre», a lâché Babacar Gaye sous les acclamations. Le porte-parole du Pds reconnaît ensuite que maintenant «ce sont les citoyens qui décident de l’avenir du pays». Ousmane Sonko a, pour sa part, fait un pari : «On a été ici pour Wade, maintenant on est là pour Macky Sall. Je vous dis qu’on ne va plus mener ce combat pour la démocratie, c’est la dernière fois.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here