PARTAGER

Fidel Castro s’en est donc allé en 2016. Le vendredi 25 novembre, plus précisément. Le lider maximo n’a pas attendu la fin de l’année pour dire «Adios» à ses compatriotes. Le silence est tombé sur La Havane. Des Cubains ont pleuré le père de la révolution alors qu’à Miami, bastion des exilés cubains, des scènes de liesse ont accueilli la nouvelle.
Le décès de Fidel Castro est survenu à peine deux ans après l’annonce historique du rapprochement entre Cuba et les États-Unis.
Avec la mort de Fidel Castro, c’est un homme du XXème siècle qui tire sa révérence. Ce dernier fut surtout célèbre pour ses coups d’éclat et ses discours interminables autant que pour son uniforme, ses survêtements, ses cigares et sa barbe légendaire.
Symbole de la lutte contre l’«impérialisme américain», Castro affichait lui-même un piètre bilan en matière de droits civiques et de libertés. En véritable morceau d’histoire du XXe siècle, il a défié 11 présidents américains et survécu à maints complots pour l’assassiner – un record de 638 selon le Livre Guinness des records. Fidel Castro fut impliqué dans la Guerre froide notamment avec la crise des missiles de 1962. Avec sa disparition, le monde tourne définitivement la page de cette période historique.
Victime d’une hémorragie intestinale, le révolutionnaire cubain avait fini par céder le pouvoir à son frère Raùl à partir de 2006. Il abandonnera en avril 2011 ses dernières responsabilités officielles, en cédant son poste de premier secrétaire du Parti communiste de Cuba (Pcc) à Raùl, numéro deux du parti depuis sa fondation en 1965. Qui se retrouve pour la première fois, seul, aux commandes du pays.
L’ex-Président avait totalement disparu des écrans cubains entre février 2014 et avril 2015, ce qui avait alimenté de nombreuses rumeurs sur sa santé.
mdiatta@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here