PARTAGER

Pour considérablement augmenter la présence féminine dans les cultures urbaines, l’Africulturban est en train de former 20 jeunes dames dans les métiers du numérique. L’objectif est de combattre les stéréotypes et développer les cultures urbaines.

Comment booster la présence féminine dans l’industrie créative numérique ? Voilà l’interrogation qui taraude l’esprit des membres de l’Association Africulturban. Si la question est d’ordre public, ces culture lovers n’ont pas attendu les autorités étatiques pour essayer d’y apporter un début de réponse. En effet, depuis septembre, Africulturban, en partenariat avec l’Unesco, forme 20 jeunes dames à la gestion culturelle et à la production de nouvelles expressions culturelles à l’aide d’outils numériques. L’objectif est de permettre aux jeunes participantes de créer des micro-entreprises et d’être financièrement indépendantes. Cela aura un autre effet : il contribuera à combattre les stéréotypes et donner aux femmes les moyens de lutter contre les discriminations dans le secteur créatif.
Selon Dieynaba Sidibé, chargée de communication d’Africul­turban, il fallait trouver des alternatives pour répondre à la demande des femmes qui veulent intégrer le milieu culturel urbain : «La demande est beaucoup plus forte que l’offre. Et on l’a remarqué, surtout lors des festivals qu’on organise où il y a des demandes par rapport aux ateliers de photo, de graphisme… On a voulu ouvrir carrément une porte d’entrée aux femmes qui aimeraient suivre cela et voilà un peu ‘’Digitelles’’ pour leur permettre de faire de l’art», a-t-elle déclaré lors du «ndogou» de presse organisé mercredi 29 mai 2019 dans les locaux de la Maison des cultures urbaines de Dakar.
«Digitelles» a été retenu par l’Unesco avec 3 autres projets : Théâtre numérique pour les femmes, par les femmes (Palestine), #BeYourVoice (Mexique) et Académie des arts numériques (Tadjikistan). Ce projet a été possible grâce à l’Unesco et Sabrina Ho, jeune entrepreneure culturelle et philanthrope basée à Macao et Hong Kong, qui avaient signé un accord de partenariat stratégique avec pour but de responsabiliser les jeunes en investissant dans leur potentiel créatif.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here