PARTAGER

Le ministre des Postes et des télécommunications a annoncé hier, la mise en place d’un centre de veille pour prévenir les attaques et organiser des actions de sensibilisation pour une meilleure prise en charge de  la cybercriminalité   au niveau des entreprises mais aussi afin que les citoyens se l’approprient.

Par Khady SONKO – La cybercriminalité est une préoccupation internationale ma­­jeure. Ce fléau des temps modernes récurant menace sans cesse les systèmes informatiques des Etats, entreprises et autres organisations.  Pour une prise en charge de cette problématique au niveau local, le groupe Promo­consulting, en partenariat avec la société Fortinet, leader mondial dans la sécurité informatique, a tenu hier un symposium  axé sur la cybersécurité/cybercriminalité. «Nous ne pouvons pas aujourd’hui développer l’économie numérique  sans  assurer la question de la sécurité aussi  si bien des personnes que des biens. Au-delà des actions entreprises par les Etats au niveau de la coopération internationale, il est important aussi  que cette question soit prise en charge», a dit le ministre des Postes et télécommunications. Yaya Abdoul Kane  précise que le Sénégal a ratifié toutes les conventions relatives à la cybersécurité au niveau des organisations sous régionales. Il s’est félicité que le  secteur privé ait pris à bras-le-corps cette problématique essentielle sur laquelle le Sénégal doit travailler pour faire de l’économie numérique un levier de croissance économique. Pour ce faire, indique le ministre, le Gouvernement, qui travaille déjà sur une stratégie globale sur la cybersécurité, œuvre à mettre en place un centre de veille pour prévenir les attaques et organiser des actions de sensibilisation pour une meilleure prise en charge de cette question au niveau des entreprises mais aussi afin que les citoyens se l’approprient, «étant donné que la confiance numérique est essentielle avec le développement fulgurant des nouvelles technologies de l’information et de la communication». «En tenant compte de nos enjeux sous régionaux et de nos spécificités dans un univers globalisé, nous devons, sans plus tarder, mettre en œuvre une véritable politique de cybersécurité  en relation avec les Etats de la sous-région mais également dans le cadre de la coopération internationale en matière de sécurité  avec les pays en pointe dans ce monde», a soutenu le président de Promoconsulting.
A l’issue du symposium, Mba­gnick Diop entend  lancer  le mouvement des entreprises numériques et des technologies avancées au mois de décembre prochain. Il regroupera l’ensemble des acteurs évoluant en  partenariat avec l’Etat du Sénégal pour développer encore davantage  ce secteur et voir  éventuellement comment l’élargir au niveau africain.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here