PARTAGER

Aux centres Ibrahima Diop 2 et El Hadji Mour Diop de la Médina où sont inscrits respectivement 196 et 184 candidats à l’examen de Certificat de fin d’études élémentaires (Cfee) et de l’entrée en sixième, les candidats rêvent déjà du collège. Ils jugent les épreuves faciles.

La session 2018 de l’examen du Certificat de fin d’études élémentaires (Cfee) et de l’entrée en sixième s’est ouverte hier au Sénégal. Laurent Edouard Men­dy fait partie des 196 candidats dont 101 filles du centre Ibrahima Diop 2 de la Médina. Entouré de ses camarades Mohamed Soumaré, Mohamed Diallo et d’autres élèves, le garçon respire une confiance totale. Bien habillé avec une sacoche en bandoulière, il sirote une crème glacée. Une véritable ambiance de récré règne dans cet établissement après les épreuves de Langue et communication : ressources, Langue et communication : compétence. Le temps d’évacuer le stress, ça discute par petits groupes. Pendant que certains grignotent du pain ou encore des bonbons, d’autres jouaient. Le petit Mendy et Cie jugent «abordable» le sujet de rédaction portant sur un évènement sportif ou culturel. Un candidat dit avoir raconté un match de football entre le Real Madrid et le Fc Barcelone. «Ce n’est pas difficile parce que quand tu apprends tes leçons, ça devient facile», c’est ainsi que Adelaïde Dione, 11 ans, a commenté les sujets déjà évacués. Et tout d’un coup, la cloche retentit. Le pas pressé, elle et ses camarades regagnent les salles de classe pour poursuivre avec d’autres matières.
A la porte d’entrée principale de cette école située à quelques encablures de la poste, pas un seul élément des Forces de l’ordre ou un Agent d’assistance à la sécurité de proximité (Asp). C’est un homme assis sur un banc, dans son boubou traditionnel avec son chapelet, qui oriente le visiteur. Dans l’arrière-cour, Maguette Ndiaye, la cinquantaine, gérante de tablier au sein de l’école, a indiqué qu’elle a prié pour les enfants, mais elle a aussi prodigué des conseils aux candidats qu’elle considère comme ses propres petits enfants. Ici tout se déroule normalement, selon le président de jury, M. Waly Ndiane. Il apprend que le matériel est arrivé à l’école depuis la veille. Ce qui a permis de faire, dit-il, l’appel à 7h et demie et de démarrer les épreuves à 8 heures. Cependant, il a noté 4 absents dont 3 garçons.
A peu près d’une dizaine de minutes de marche de là-bas se trouve le centre El Hadji Mour Diop, sis au cœur de marché Tilène. A peine la porte franchie, on entend la voix des surveillants dans une salle. Copies et grosses enveloppes contenant les épreuves ornent le décor d’une table. Les élèves, eux, sont concentrés sur leurs sujets. Seuls quelques mouvements sont observés dans la grande cour. Là aussi, c’est le même sentiment qui prévaut. Les élèves estiment que les sujets sont à leur portée. Très sûrs de leur réussite, ils se voient déjà l’année prochaine au collège en classe de 6ème.
Un groupe de filles, sachant que le tour n’est pas encore joué, jettent les derniers regards sur leurs leçons d’histoire, de géographie. Ndèye Fatou Sylla, 13 ans, a choisi le match ayant opposé l’Union sportive de Ouakam et le Stade de Mbour au cours duquel 8 supporters mbourois avaient péri au stade Demba Diop le 15 juillet 2017. Selon la candidate, elle a porté son choix sur cet événement sportif parce qu’il «y a eu beaucoup de morts et de blessés». Elle n’était pas au stade ce jour-là, confie-t-elle. Mais d’après elle, son grand frère Mamadou lui a tout raconté. Pourtant dans le libellé, il est demandé de parler d’évènement qui les a marqués.
Au centre Mour Diop, ils sont 184 potaches dont 84 garçons. D’après la présidente de jury, aucun retard n’a été constaté dans le déroulement. Le seul bémol, il y a eu l’absence de 2 surveillants. Mais Aby Ndiaye rassure que cela «n’entrave pas le travail, parce qu’on a convoqué assez de surveillants». Et du côté des futurs collégiens, 8 manquants ont été enregistrés. Cette année, au total, sur l’ensemble du territoire national, ils sont plus de 200 mille candidats inscrits au Cfee et à l’entrée en 6ème.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here