PARTAGER

Les  quelques blocages notés lors du dernier Comité de pilotage sur le Projet d’appui à l’université virtuelle du Sénégal (Pauvs) se sont dissipés. C’est en tout cas le constat fait par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mary Teuw Niane, qui s’est félicité du travail abattu par la coordonnatrice du Pauvs,  Aichitou Wane Niang.  «Il faut souligner que le Pauvs a fait un grand pas puisque les cinq Espaces numériques ouverts (Eno)  sont en train d’être construits. L’Eno de Saint-Louis, nous sommes quasiment à la finition du gros œuvre. L’Eno de Thiès a terminé  le premier niveau et a entamé le deuxième niveau. Idem pour l’Eno de Guédiawaye.  L’Eno de Kaolack est au niveau des fondations, l’Eno de Guédiawaye de même», s’est réjoui  le ministre en présidant avant-hier le comité de pilotage du Pauvs en présence de la coordonnatrice dudit projet, Mme Wane, du coordonnateur de l’Uvs, Moussa Lô, et des membres du Comité de pilotage.
A travers ce projet financé conjointement par le gouvernement sénégalais et  la Banque africaine de développement (Bad), avec une enveloppe de plus de deux milliards f Cfa, le ministre Mary Teuw espère que ces Eno seront bouclés avant la fin de l’année. A cela s’ajoute le siège de L’Uvs à Diamniadio, qui sera réceptionné en septembre 2018, selon le ministre. Appréciant à sa juste valeur l’initiative prise par l’Artp de financer quatre Eno sur les cinquante qu’on prévoit d’ériger au Sénégal, M. Niane demande aux entreprises et autres structures de s’en inspirer. Ne voulant pas qu’on continue de coller à l’Uvs  l’image  consistant à dire que rien ne marche dans cette université à cause des multiples grèves de ses étudiants, le ministre de l’Enseignement supérieur souligne que les difficultés du calendrier universitaire ont commencé à être surmontées par les Uvs. Dans la mesure où elle a débuté ses cours bien avant les universités physiques. Aux étudiants de l’Uvs, il les a incités à avoir un esprit entrepreneurial pour changer la donne qui veut qu’on attende toujours un emploi de l’Etat. Considérant l’Uvs comme une innovation issue du génie-créateur du Sénégal, M. Niane renseigne que plusieurs pays africains comme le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire sont en train de reproduire le modèle sénégalais. Traitant l’enseignement à distance à égale dignité avec celui présentiel, le ministre de l’En­seignement supérieur et de la recherche scientifique soutient que les examens de l’Uvs se feront à table. «C’est un choix qui va donner ses résultats. Il va être évalué», a-t-il fait savoir. «L’Uvs est un projet payant. C’est le bébé du Président Macky Sall. Un bébé porteur d’espoir. Il faut avoir de la patience avec ce qui progresse. Avec cette patience, on réussira», souligne le ministre.
ambodji@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here