PARTAGER

Mercredi, les combats s’étaient rapprochés d’Uvira, semant la panique parmi la population, alors que depuis dimanche, l’Armée et des miliciens maï-maï yakutumba s’affrontaient à une quarantaine de kilomètres de cette ville de plus de 500 mille habitants, séparée de Bujumbura, la capitale du Burundi, par le lac Tanganyika.
La mission de l’Onu en Rdc, la Monusco, a affirmé, dans un communiqué publié jeudi, avoir «rapidement déployé (mercredi) des troupes sur le terrain afin de dissuader toute attaque contre la ville et d’éviter l’escalade du conflit», exhortant les rebelles «à cesser immédiatement ces hostilités». «Tous les auteurs, en particulier ceux qui parrainent des groupes armés ainsi que ceux qui ont des responsabilités de commandement, seront tenus responsables de violations des droits de l’Homme», a averti le chef de la Monusco, Maman Sidikou.
lemonde.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here