PARTAGER

Dans quel Sénégal sommes-nous ?
Les 19, 20 et 21 avril 2017, la Dscos a démoli des maisons, des fondations et des onglets impactant plus de 1 600 personnes à Tivaouane Peulh sans aucune décision de justice ni sommation. Nos propres Forces de l’ordre ont semé le désordre ces jours-là en ignorant totalement les procédures à suivre avant une intervention de ce genre. Les victimes sont sacrifiées sur l’autel des intérêts des promoteurs et de personnes véreuses qui se sont fait illégalement octroyer des baux en complicité avec certains agents des services administratifs de l’Etat.
Dans quel Sénégal sommes-nous ?
L’Etat vote et transgresse ses propres lois : Malgré la loi 96-06 du 22 mars 1996 portant Code des collectivités locales et la loi 96-07 du 22 mars 1996 portant transfert de neuf (9) domaines de compétences aux Collectivités locales dont l’Habitat et l’Urbanisme, l’Etat titre directement les terres des communes sans procéder aux enquêtes commodo-incommodo pour payer les impenses dans les zones déjà occupées par des détenteurs de délibération ou propriétaires de droit coutumier.
Dans quel Sénégal sommes-nous ?
Pour leurs propres recettes foncières, les communes de Tivaouane Peulh et Malika se disputent des hectares et des hectares de terres appartenant déjà à des citoyens lambda. Du coup, ces propriétaires n’ont plus le temps d’abreuver leurs bétails ou de s’adonner à l’agriculture ou de lotir leurs terres. Ils passent tout leur temps entre les deux communes ou les services des Impôts et domaines de Rufisque et de Pikine pour savoir sur quel pied danser et à la Dscos même pour déférer aux convocations des promoteurs.
Dans quel Sénégal sommes-nous ?
Suite à l’orage du mois de juin 2018 qui a décimé le cheptel des éleveurs de la commune de Bokki, Malem Hodar, Koumpentoum etc., l’Etat leur rend visite avec une enveloppe d’un milliard pour les réconforter alors que les victimes des démolitions de constructions à Tivaouane Peulh n’ont vu aucune autorité étatique à leur chevet pour les réconforter les 19, 20 et 21 avril 2017. Est-ce qu’un éleveur dont le troupeau est dévasté par une catastrophe naturelle vaut plus qu’une personne dont la maison ou construction a été démolie par une direction de l’Etat sans sommation ?
Dans quel Sénégal sommes-nous ?
Parmi les impactés des démolitions de constructions à Tivaouane Peulh, certains avaient contracté un prêt à la banque pour construire une maison, d’autres ont travaillé des années durant pour avoir un toit ou investir dans le foncier, mais un mauvais jour, pour ne pas dire un bon jour, leurs rêves de tous les jours se transforment en cauchemar, car leurs constructions sont réduites en gravats. Ils entendent tout le temps des mouvements de soutien à la Première dame, des mouvements pour la réélection du Président, mais jamais ont-ils vu un mouvement compatir à leur douleur.
Dans quel Sénégal sommes-nous ?
A Yoff et à Malika, l’Etat a payé les impenses avant de procéder au tracé de la Vdn, mais ce n’est qu’à Tivaouane Peulh que le contraire s’est produit. Est-ce que les communes se valent entre elles en matière de citoyenneté ou de nationalité ? Ne sommes-nous pas tous des Sénégalais ?
Je vous demande dans quel Sénégal sommes-nous ?
Ce que la Dscos a fait subir aux victimes n’est pas moins dommageable que la guerre en termes d’impact. Depuis presque dix-sept (17) mois qu’on lutte pour obtenir gain de cause.
Pour nous soutenir dans notre lutte, nous revendiquons :
-L’indemnisation des victimes des démolitions de constructions à Tivaouane Peulh les 19, 20 et 21 avril 2017,
-un site de recasement pour les impactés de la côtière et le paiement de leurs impenses,
-l’annulation par décret des sites de la Primature et de la Sipres, car les procédures d’acquisition n’ont pas été correctement suivies,
-la restructuration de ces sites pour les victimes,
-ou le déclassement d’une partie de la bande de filaos et son affectation aux victimes avec un plan d’urbanisme de détail établi par la commune de Tivaouane Peulh-Niaga comme cela s’est fait à Guédiawaye.
Demba Khady DIAW
Secrétaire général de l’association (Tpad)
Tivaouane Peulh Action et Développement
et membre du Collectif des Victimes des Démolitions de Tivaouane Peulh

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here