PARTAGER

La sociologue Fatou Sow Sarr demande au président de la République de respecter ses engagements concernant la question des deux mandats. Invitée du Jury du dimanche (Jdd) sur I-radio, la directrice de l’Institut du genre et de la famille soutient qu’il ne s’agit plus d’une «question de droit» mais «d’éthique». Pour elle, c’est plutôt «une question d’engagement». Et Mme Sarr d’ajouter : «Je dirais que c’est la question du respect de la parole donnée. Si vous avez pris la responsabilité devant votre Peuple, il faut la respecter.» S’agissant du cas du Président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, qui a décidé de ne pas se présenter à l’élection présidentielle d’octobre prochain, après avoir laissé planer le doute, Fatou Sow Sarr n’a pas apprécié son attitude. «Il a terminé son mandat, il doit partir. Il ne doit poser une quelconque condition. Il ne peut pas continuer. Il est même fatigué physiquement, il doit aller se reposer», a-t-elle indiqué.
Lors de cette émission, la directrice de l’Institut du genre et de la famille a plaidé pour que soient élucidés tous les scandales et les milliards qui seraient détournés. Fatou Sow Sarr, qui souligne qu’on a «l’impression que Macky Sall protège les gens de son camp», estime que ce rapport de l’Ofnac doit «progresser pour libérer les gens et pour qu’on se rende compte que le Président (Sall) est à équidistance de tous ceux qui ont fauté». Poursuivant son analyse, elle constate que «ce qui est resté dans la conscience des Séné­galais, ce n’est pas bon pour lui». «On a l’impression qu’on ne met en prison que les adversaires et ceux qui sont de son côté, même s’ils ont fauté, on les laisse tranquilles. C’est le cas de l’affaire du Coud qui a défrayé la chronique ou celui du Prodac ou même le dossier Petro Tim», a-t-elle regretté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here