PARTAGER

Considérant que Macky Sall a «fui» le débat auquel il l’a invité, Ousmane Sonko défie les autres candidats de l’opposition. Il dit être prêt à affronter Idrissa Seck, Malick Gakou et autres sur des thématiques comme l’agriculture, la santé, les infrastructures et l’emploi.

Ousmane Sonko ne vise plus seulement Macky Sall. Il a aussi lancé les hostilités entre lui et les autres candidats de l’opposition. Convaincu que le Président Sall ne va pas répondre à son invitation pour un débat, le leader de Pastef/Les patriotes se rabat sur Idrissa Seck, Gakou et autres. Et à son avis, si les autres candidats acceptent ce débat, cela sera «au désavantage» de Macky Sall «qui aura fui». «C’est une fuite, c’est même une débandade parce qu’on n’a pas confiance en soi», a-t-il raillé au micro de Rfm, lors d’un meeting à Diourbel ce week-end. Il estime, en effet, que tous les candidats dont les candidatures seront validées par le «Conseil constitutionnel doivent accepter un ou deux débats au moins». Ensuite, se projetant sur la perspective d’un second tour à la Prési­dentielle du 24 février prochain, Sonko indique que «les deux candidats qui s’affronteront auront un débat». Pour lui, ce débat ne doit pas seulement être exigé par les candidats, mais également par les journalistes eux-mêmes.
Le candidat déclaré à la Présidentielle considère que «les Sénégalais ont le droit de voir les candidats s’affronter sur des thématiques». «Il s’agira pour chaque candidat, devant des journalistes et des universitaires, d’exposer sa position sur les différents sujets. Sur chaque thématique, chacun dira sa position et critiquera les offres de l’autre. On le dira sur l’agriculture, la santé, les infrastructures, la santé et les problématiques d’emploi. C’est un exercice élémentaire en démocratie et même une demande sociale», a-t-il indiqué.
Si les candidats accèdent à cette proposition de Sonko, ce serait une première dans l’histoire politique du Sénégal. Cette idée a toujours été agitée par les opposants, mais les Présidents Senghor, Diouf et Wade ont durant leur magistère refusé de se prêter à ce jeu.
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here