PARTAGER

Dans le cadre d’une conférence publique du mouvement Génération Y de Boubacar Camara, l’économiste Ousmane Faye s’est montré sceptique quant à la réalisation du Plan Sénégal émergent. D’après le chercheur, 75% des métiers qui doivent porter ce programme n’ont pas d’offre de formations au Sénégal.

La Génération Y poursuit son diagnostic du système économique sénégalais. Samedi, le mouvement citoyen dirigé par Boubacar Camara a mis l’accent sur «L’employabilité des jeunes au Sénégal : enjeux et défis». Lors de la conférence, l’économiste Ousmane Faye a affiché son scepticisme par rapport à la réalisation des objectifs du Plan Sénégal émergent (Pse). D’après lui, le référentiel des politiques publiques du régime de Macky Sall bute sur un problème de ressources humaines. «On nous dit que la formation professionnelle est un axe pivot du Pse. Mais 75% des métiers qui doivent porter le Pse n’ont pas d’offre de formations au Sénégal. La formation professionnelle capte moins de 7% du budget. Il y a des efforts à faire», analyse M. Faye. D’après lui, le Sénégal possède une population jeune qui, «si elle est bien formée, peut constituer un atout pour l’économie sénégalaise en termes d’innovation et de création».
Mais le gouvernement ne semble pas, selon lui, aller dans cette direction. «En regardant le budget de l’éducation et de la formation, 30% du budget vont à l’enseignement élémentaire. Ce qui est cocasse, c’est que l’enseignement moyen et secondaire prend moins de 15% du budget du Sénégal. Cela veut dire que l’Etat s’occupe juste de l’enseignement élémentaire. Mais pour que les jeunes à partir de 12 ans aillent au collège, au lycée avant de penser à une formation professionnelle ou à l’université, il consacre moins de 15% de ses ressources», déplore-t-il. M. Faye tire cette conclusion : «Cette situation ne peut pas porter l’économie. Il y a encore beaucoup d’efforts à faire en matière d’accès à l’éducation. Sur le groupe des 6-10 ans, on a encore 500 mille enfants qui ne sont pas à l’école.»
S’appuyant sur ce constat, sur la problématique de l’emploi au Sénégal, le président du mouvement Génération Y appelle à des assises sur l’emploi des jeunes. «Il nous faut inventer un modèle sénégalais pour l’emploi. On ne l’a pas. Pour cela, il faut des assises sur l’emploi de la jeunesse au Sénégal. On aura besoin de toutes les approches à savoir économiques, culturelles, historiques, sociales, prospectives… pour voir comment faire pour que celui qui est né au Sénégal soit sûr d’avoir un emploi», invite Boubacar Camara, également ex directeur de Cabinet de Karim Wade.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here