PARTAGER

Après les propos de Macky Sall sur le mandat présidentiel, Taxawu senegaal dit rester sur sa faim tandis que Pastef dénonce des «légèretés». Le Pds, lui, estime que le Président «prend les Sénégalais pour des demeurés». Bref, c’est un non au «ni oui ni non» du Président Sall.

Le président de la République a relancé le débat sur ses intentions par rapport à la Présidentielle de 2024. Dans son entretien avec la presse nationale le 31 décembre au palais de la République, Macky Sall a dit qu’il ne peut dire «ni oui ni non» sur la possibilité de faire un 3ème mandat. «Si je dis que je ne suis plus candidat, les membres du gouvernement ne vont plus travailler. On dira que le Président va finir, chacun va essayer de se positionner en démarchant des gens. Il n’y aura plus de travail. Ça n’a pas d’intérêt. Si je dis que je suis candidat, les marches vont s’accélérer et une vive polémique va s’ensuivre», s’était-il justifié.

Aldiouma Sow de Pastef : «Sa parole n’a plus de valeur à nos yeux»
Des arguments loin de convaincre certaines entités de l’opposition qui ont mis en garde le président de l’Apr. «Le fait que les gens sachent que c’est son dernier mandat ne peut entraver le travail du gouvernement», rectifie Cheikh Guèye de Taxawu senegaal. Ce proche de Khalifa Sall d’ajouter : «Je reste sur ma faim. Je pense que c’est au Peuple sénégalais de se faire sa propre lecture d’ici 2024 et de ce qui sera fait.» Du côté de Pastef, le secrétaire aux Elections dénonce des «légèretés» dans les arguments du chef de l’Etat. «Sur bien des situations, le Président Macky Sall pense pouvoir s’en sortir en affirmant le contraire de ce qu’il défendait. Sa parole n’a plus de valeur à nos yeux», regrette Aldiouma Sow. A ce titre, Cheikh Guèye rappelle à Macky Sall ses propos d’avoir verrouillé le nombre de mandat à 2. «En tout cas, à mon niveau, c’est très clair. Et les Sénégalais n’accepteront pas de 3ème mandat», avertit le maire de Dieupeul-Derklé.

Doudou Wade du Pds : «Voilà un Président qui ne sait ce qu’il est ou ce qu’il veut»
«S’il ne peut dire ni oui ni non par rapport à cette question du 3ème mandat, c’est parce que le président de la République prend les Sénégalais pour des demeurés», analyse Doudou Wade, secrétaire général adjoint chargé des Conflits. L’ancien président du groupe parlementaire libéral d’ajouter : «Le problème se situe à la question du journaliste et non des arguments servis par Macky Sall. C’est une question très fermée et très précise. Voilà un Président qui ne sait ce qu’il est ou ce qu’il veut.» En tout état de cause, «Macky Sall a habitué les Sénégalais à dire une chose aujourd’hui et son contraire le lendemain», pointe Aldiouma Sow. Ce proche de Ousmane Sonko précise que dans un Etat de droit, «ce n’est l’état d’esprit d’une personne, son pressentiment ou le contexte qui servent de base pour apprécier la légalité d’un fait».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here