PARTAGER

Au Sénégal, certains marabouts sont idolâtrés à une dimension divine. C’est l’inquiétude de l’imam de Layène, Mame Libasse Laye, qui juge cela «extrêmement dangereux». Il appelle les marabouts à raisonner leurs fidèles.

«God is one ou Dieu est unique.» Durant une heure, l’imam Mame Libasse Laye a profité de la Korité pour s’inquiéter sur l’excès d’idolâtrie des marabouts au Sénégal. Dans l’enceinte de Diamalaye où repose le fondateur de la communauté layène, l’imam Seydina Limamou Laye a dans son sermon constaté qu’«actuellement, le Sénégal se trouve dans une situation où des marabouts sont idolâtrés jusqu’à être considérés comme le Tout-puissant». Le religieux de regretter : «L’actuelle génération a la malchance de vivre le temps où une personne peut se lever pour se considérer comme un fils de Dieu. On doit enseigner aux fidèles que Dieu n’a pas d’enfants. Cela doit être connu de tous. Les gens sont prompts à reprendre certains lorsqu’on considère qu’ils ont violé les préceptes de l’islam.» Armés de foi et de dévotion, les fidèles, somptueusement habillés en blanc à perte de vue dans l’enceinte de Diamalaye, écoutaient religieusement le sermon de l’imam.
Dans les rangs, le ministre de la Santé et maire de Yoff, Abdoulaye Diouf Sarr, et le préfet du département de Dakar, Alioune Badara Samb. «Dieu n’a pas de parents. C’est le Tout-puissant et Il n’a pas d’égal. Chérir quelqu’un jusqu’à le loger à la même enseigne que Dieu est le plus grand des péchés. Celui qui le fait ira en enfer alors que son guide sera au paradis. Au Sénégal, on doit éviter les polémiques sur la religion. Les marabouts doivent raisonner les fidèles, car cela est extrêmement dangereux», a poursuivi l’imam et petit-fils de Seydina Limamou Laye qui déplore la «concurrence» entre les foyers religieux.
Par ailleurs, Mame Libasse Thiaw Laye a appelé les Sénégalais à bannir les pratiques mystiques et la sorcellerie : «On ne peut croire en Dieu et avoir recours aux pratiques mystiques ou à la sorcellerie. Celui qui s’adonne à ce genre de pratiques s’est auto exclu de la religion musulmane. L’islam ne peut pas être dilué à d’autres pratiques qu’il combat», précise l’imam.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here