PARTAGER

Le président du Conseil départemental de Saint-Louis a dénoncé mardi à Saint-Louis, la modicité du budget que l’Etat met annuellement, à leur disposition. Cette somme, qui ne permet pas de faire grand-chose, limite les ambitions de son équipe, selon Me Moustapha Mbaye, qui présidait mardi, la session ordinaire du Conseil départemental sur les débats d’orientation budgétaire.

«Il y a beaucoup de choses qu’on veut faire, mais que nous ne pouvons pas faire au moment de l’exécution, compte tenu de la modicité des moyens que nous recevons», a déploré en effet Me Mbaye, qui a fait savoir qu’après l’exécution des dépenses fixes, il ne reste pratiquement plus rien dans les caisses du conseil. Selon lui, pour ses investissements, le département de Saint-Louis reçoit moins de 100 millions de francs Cfa qui ne permettent pas de financer tous les investissements prioritaires. Ce constat fait, il a invité les conseillers à tenir compte dans leurs propos et proposition, de cet état de fait qui plombe les ambitions du département de Saint-Louis, qui vient de se doter d’un plan départemental de développement, mais qui n’a pas jusque-là, les moyens de sa politique, malgré les nombreux efforts consentis en termes d’investissement. Plusieurs conseillers ont profité de l’occasion pour appuyer les propos du responsable socialiste. Ces derniers ont dans leur intervention, invité l’Etat à augmenter les moyens mis à la disposition du Conseil départemental de Saint-Louis et des autres conseils départementaux du Sénégal, qui connaissent certainement les mêmes problèmes. Ils sont allés plus loin car, pour eux, l‘Etat doit faire le bilan de l’Acte 3 de la décentralisation et surtout revoir son contenu pour une meilleure prise en charge des problèmes des collectivités locales. Ces conseillers, tout comme leur président, ont à l’unanimité, plaidé pour que les contraintes sur la fiscalité soient levées, afin de doter les conseils départementaux de moyens additionnels par la mise en place d’une fiscalité qui leur est propre.
Toutefois, malgré la modicité des moyens dont il dispose, le Conseil départemental de Saint-Louis ne compte pas baisser les bras, selon son président, car des stratégies sont développées pour faire face aux défis. Pour une meilleure cohérence et une efficacité de ses interventions, le Conseil départemental de Saint-Louis s’est résolu à rationaliser ses choix budgétaires en inscrivant ses actions prioritairement dans la prise en charge des problèmes de la santé et des jeunes à travers l’éducation et le sport.  Dans le secteur de la santé, l’hôpital régional continue d’être le grand bénéficiaire des interventions du conseil avec une subvention de 20 millions de francs, alors que dans le secteur de l’éducation, les interventions seront axées sur l’achat de manuels et fournitures scolaires pour les collèges et les établissements d’enseignement technique et de formation professionnelle, l’attribution de bourses et aides scolaires aux élèves des lycées, collèges et établissements d’enseignement technique et de formation professionnelle, l’entretien, réhabilitation et modernisation des équipements scolaires et la poursuite des constructions scolaires pour résorber les abris provisoires. A côté de ces secteurs, la culture, l’environnement et la gestion des ressources naturelles feront aussi l’objet d’une attention particulière, selon le président Moustapha Mbaye.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here