PARTAGER

Le fondateur de la première société d’intermédiation financière a tiré sa révérence hier à Paris. Gabriel Fal laisse un vide qu’il sera difficile de combler à moyen terme.

Le Sénégal de la finance est en deuil avec la disparition ce mardi à Paris de Gabriel Fal. Fondateur de Cgf Bourse, M. Fal a operé pendant de nopbreuses années dans les marchés financiers, peut-on lire sur le site de la societé qu’il a créée. «En 1996, en tant que membre du Comité technique, Gabriel Fal a contribué au démarrage des activités de la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm)», précise la source visitée par Le Quotidien. Le financier va ensuite fonder, en 1998, la première Société de gestion et d’intermédiation (Sgi) agréée au Sénégal, Cgf Bourse. Sa filiale dénommée Cgf Gestion, une société de gestion d’actifs, a été créée en 2001. Selon le site Emedia.sn, l’homme est un spécialiste des levées de fonds par emprunts obligataires et placements boursiers. A ce titre, il a monté les dossiers des Industries chimiques du Sénégal (Ics), de la Société nationale d’électricité (Senelec) et d’un nombre important d’entreprises dans la sous-région.
Financier de haut vol, Gabriel Fal a fait ses humanités d’abord à l’Ecole supérieure de commerce et d’administration des entreprises de Rouen en France puis au programme de Mba de l’université McGill au Canada. Le fils du premier Directeur général d’Air Afrique, Cheikh Fal, rejoindra par la suite la Chase Manhattan Bank à New York, en qualité de Représentant adjoint pour l’Afrique de l’Ouest. Mais c’est à la Citibank que Gabriel Fal a passé les moments les plus significatifs de sa carrière de banquier, entre 1982 et 1995. Directeur du Crédit de Citibank Dakar, vice-président des Financements structurés à Citibank Londres et Directeur régional «Corporatif» pour l’Afrique, Gabriel Fal sera par la suite porté à la tête du Conseil d’administration de la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm) et membre du Comité d’investissement du fonds de capital-risque Aureos Capital. Selon Emedia, c’est en juillet 2015 qu’il se lance dans le capital-investissement et crée, avec des partenaires, «Filao Capital Partners, un fonds dont l’objectif est de lever 200 millions d’euros pour investir dans des entreprises subsahariennes du secteur de la finance, de la banque à la gestion d’actifs, en passant par le mobile banking».
De juin 2013 à mars 2017, il est le président du Conseil d’administration d’Ecobank Sénégal. Très apprécié dans les milieux d’affaires, Gabriel Fal a également participé à d’importants Comités stratégiques dont le Conseil présidentiel de l’investissement du Sénégal. Il s’est éteint à Paris à l’âge de 64 ans. Une grosse perte pour le Sénégal et l’Afrique.

2 Commentaires

  1. Repose en paix Gaby . Un financier hors pair double d’un patriotisme ardent. Le Fonds commun de placement de Sonatel lui doit beaucoup. Crace a son soutien et a son accompagnement mais aussi avec l’implication de syndicalistes comme Konte , Gabou et Madou et des managers comme Alioune Ndiaye , Sadikh Diop et Lala Coulibaly ( respectivement actuel DG d’Omea, DG d’Orange Guinée et ancienne Directrice de la Fobdation Sonatel) le Fcpe a fait figure de pionnier.
    Quand l’État du Senegal en 89 a voulu vendre 10% à FT /Orange pour lui conférer la majorité absolue., c’est lui qui a accompagné la délégation nationale regroupée autour du Patronat et des syndicats au moment où l’État du Senegal avait préféré se faire accompagner par la BMCE ..

  2. Amis d’enfance, quand nous étions en internat au collège de l’Andelle, tu laisseras dans nos cœurs
    l’image d’un très bon ami, fidèle et sincère, et nous n’oublierons jamais aussi les crises de rire que
    nous avons eu ensemble….Ce rire si généreux , tel un soleil qui fait partir la pluie….
    Repose toi bien maintenant, après avoir tant donné, et prépare le terrain là haut pour nous, car on est pas prés de t’oublier
    Salut Gaby et à dans quelques années….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here