PARTAGER
Le ministre Oumar Gueye et son homologue angolais, Adão Francisco Correia de Almeida.

Le ministre sénégalais des Collectivités territoriales et de l’aménagement du territoire a présenté hier à son homologue angolais, Adão Francisco Correia d’Almeida, les différentes phases de la décentralisation au Sénégal, de 1872 à l’Acte 3 de la décentralisation. A travers cette démarche, l’Angola veut s’inspirer du modèle sénégalais en matière de décentralisation.

En matière de décentralisation, le Sénégal inspire des pays africains. En visite au Sénégal, le ministre de l’Administration territoriale et de la réforme de l’Etat d’Angola a rencontré hier le ministre sénégalais des Collectivités territoriales et de l’aménagement du territoire pour s’imprégner de l’expérience du Sénégal en termes d’organisation des élections. En effet, Adão Francisco Correia d’Al­mei­da, rappelant que son pays s’apprête à organiser des élections locales, a entrepris une série de visites dans les pays africains pour une collaboration.
Pour sa part, Oumar Guèye a présenté les différentes phases de la décentralisation au Sénégal de 1872 à l’Acte 3 de la décentralisation. Selon lui, le Président Macky Sall, dans sa vision, veut la «refondation majeure» de l’action territoriale de l’Etat à travers l’Acte 3 de la décentralisation. «Cette réforme qui projette d’organiser le Sénégal en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable» s’adosse ainsi à «l’option de territorialisation qui, en revisitant la démarche de conception et de mise en œuvre des politiques publiques, va permettre de bâtir le développement du Sénégal à partir des opportunités, atouts et potentialités de chaque terroir», a vanté le ministre sénégalais devant son homologue angolais.
Oumar Guèye souligne aussi que le Sénégal dispose actuellement de deux ordres de collectivités territoriales : la commune comme échelon de gestion et de développement à la base, avec la communalisation intégrale qui a supprimé les communautés rurales et les communes d’arrondissement, et le département, échelon intermédiaire qui met en synergie des communes, partageant un vécu et des potentialités spécifiques dans une dynamique d’intégration entre le rural et l’urbain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here