PARTAGER

Le Sénégal et la France ont porté à plus de 262 milliards de francs Cfa le financement des projets dans le cadre du dispositif conjoint de soutien à la coopération décentralisée. Le choix des projets à financer dépendra, pour le compte de ce nouveau dispositif, de leur cohérence avec les thématiques du développement socio-économique du plan Sénégal émergent.

Les porteurs de projets dans les collectivités territoriales peuvent pousser un ouf de soulagement. En effet, le Sénégal et la France ont augmenté l’enveloppe destinée au dispositif conjoint de soutien à la coopération décentralisée. Un montant de 400 millions d’euros, soit près de 262 milliards de francs Cfa, sera décaissé pour le financement des projets qui seront retenus à la suite d’appels à projets (Aap). Le ministre sénégalais des Collectivités territoriales et de l’aménagement du territoire, Omar Gueye, et madame Chris­tine Moro, ambassadrice déléguée de l’Action extérieure de la France, ont signé hier l’arrangement administratif concernant le dispositif conjoint 2020-2022.
«Les évolutions majeures que l’on peut noter aujourd’hui, sont le passage du financement de 150 à 200 millions par partie, le renforcement des thématiques avec l’insertion professionnelle des femmes, entre autres», confie le directeur de Cabinet du ministre Omar Guèye, qui présidait la rencontre. Ces projets, selon Abou Ahmed Seck, seront retenus et financés sur la base de leur cohérence avec les thématiques de développement économique et social inscrites dans le Plan Sénégal émergent (Pse). Des thématiques qui tournent autour du développement socio-économique des femmes et des jeunes, le développement centré sur l’environnement, etc.
Pour sa part, Mme Christine Moro précise que les projets seront présentés et développés par les collectivités territoriales elles-mêmes. En tant qu’Etats, le Sénégal et la France ne font que coordonner, d’après elle. «Dans les priorités pour le dispositif conjoint 2020-2022, nous avons d’une part, la prise en compte de l’expertise que peuvent apporter les membres de la diaspora sénégalaise en France dans le cadre de ces projets et d’autre part, la couverture des régions ou départements sénégalais qui n’ont pas de partenaires français» et par conséquent ne peuvent pas bénéficier de ces financements, souligne Madame Moro.
Pour ce qui est du précédent dispositif conjoint, il faut noter que 57 projets ont été retenus et financés entre 2015 et 2019 sur un nombre de 85 présentés dans le cadre de cette coopération qui cherche également, à renforcer les capacités des collectivités territoriales en matière de gestion administrative et financière.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here